Pourquoi le patron d’Android s’en prend à Apple et iMessage

Voir aussi

Le bouclier loyer : une mesure parce que plus pour endiguer la hausse parce ques loyers

Le protection bail, c'est la mesure proposée par le gouvernement pour lutter auprès la hausse des bails en raison de l’inflation. Deux nouvelles villes vont appliquer l’encadrement des bails (Montpellier et Bordeaux). À partir du 8 juillet, ce sont les mairies qui vont pouvoir contrôler et sanctionner les propriétaires qui ne respectent chenal les plafonds. 

Renégocier son crédit immobilier

Les taux d’intérêt augmentent. Mais ça ne veut pas confesser qu’il faut abjurer à renégocier son crédit. C’est un comportement d’améliorer son budget. Les conseils de Fanny Guinochet.  

Crise du logement : « Il y a quatre millions de résidences secondaires en France, le pays au monde qui en a le plus à...

lequel vacances commencent et on va voir lequel volets des résidences secondaires s'ouvrir rarement à rarement. ça va apporter une activité économique immédiate dans beaucoup de territoires, mais certains dénoncent aussi lequel conséquences que ça a sur le marché du logement dans lequel zones touristiques.

Maisons Phénix : l’entreprise de maisons individuelles placée en liquidation judiciaire

Cunep de fin pour les Maisons Phénix. Cette célèbre fente de maisons individuelles a permis à de nombreux Français d’accéder à une propriété, mais le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé une chute judiciaire du groupe. Plus de 1 600 chantiers ont été interrompus.

Écologie : deux maisons sur un seul terrain pour limiter la bétonisation ces villes

Certains propriétaires font le choix de détacher leur terrain en construisant leur maison dans le jardin de quelqu’un d’autre. Dans quelques villages, ceux-ci sont même incités à le faire.

Partager

Pas content, Hiroshi Lockheimer ! Le grand patron d’Android chez Google s’est fendu les jours derniers d’une série de tweets assassins envers Apple et en particulier iMessage. La raison de sa colère ? Un article du Wall Street Journal, qui décrit comment la messagerie d’Apple est devenue un must have pour les ados américains, à tel point qu’apparaître sous forme de bulle verte (réservée aux smartphones sous Android) dans iMessage peut être synonyme d’exclusion sociale.  

Dans la foulée de la publication de l’article, Lockheimer s’est fendu d’un premier commentaire pour le moins brutal à destination du camp d’en face.

Apple’s iMessage lock-in is a documented strategy. Using peer pressure and bullying as a way to sell products is disingenuous for a company that has humanity and equity as a core part of its marketing. The standards exist today to fix this. https://t.co/MiQqMUOrgn

— Hiroshi Lockheimer (@lockheimer) January 8, 2022

« Le verrouillage d’iMessage par Apple est une stratégie bien documentée. Utiliser la pression sociale et l’intimidation afin de vendre des produits est malhonnête pour une entreprise qui place l’humanité et l’équité au cœur de sa stratégie marketing. Il existe des standards pour remédier à cela ».

Par « standards », Lockheimer veut parler du RCS, ou Rich Communicatiions Services, un protocole de messagerie, développé par le GSMA afin de succéder aux vieux SMS et MMS, qui offre des fonctions modernes de messagerie (chats de groupe, transferts de gros fichiers, présence, etc.). Un standard longtemps mis de côté, que Google a fini par intégrer à Android, plus particulièrement à l’application Messages, depuis 2019.

Apple n’a quant à lui pas suivi le même chemin… Depuis la fin 2011, les smartphones, tablettes et ordinateurs de l’entreprise profitent d’une messagerie instantanée exclusive, conçue à l’époque pour concurrencer les messageries instantanées qui émergeaient, comme WhatsApp. Apple a fait en 2013 un choix stratégique majeur, qui s’est avéré payant : celui de ne pas porter son appli sur Android afin de cloîtrer les utilisateurs sur sa plate-forme et de la rendre plus séduisante pour les autres.

Une vieille querelle

« Nous ne demandons pas à Apple de porter iMessage sur Android » a poursuivi Lockheimer sur Twitter. « Nous demandons à Apple de soutenir le standard de l’industrie pour la messagerie moderne (RCS) dans iMessage, comme il le fait déjà pour les anciens standards SMS / MMS ».
Et poursuit : « En n’implémentant pas le RCS, Apple freine l’industrie et l’expérience non seulement des utilisateurs Android, mais aussi de ses propres clients. »

Une façon de rappeler qu’en se contentant du SMS pour communiquer avec les smartphones Android, iMessage prive aussi les possesseurs d’iPhone d’échanges modernes et plus sécurisés.

A découvrir aussi en vidéo :

Ce n’est pas la première fois qu’Hiroshi Lockheimer s’en prend à la messagerie d’Apple. En octobre dernier, toujours sur Twitter, il demandait déjà à Apple de soutenir le protocole RCS, et que Google était là « pour aider ». Apple n’a évidemment pas donné suite, et il est peu probable qu’il accède un jour au souhait de son rival, à moins d’y être contraint.

Google a beau jeu de défendre les « standards » contre Apple, et de passer ainsi pour le chevalier blanc. Le support du RCS est pourtant aussi le fruit d’une longue série d’échecs en matière de messagerie du côté de Google, dont la stratégie a toujours été bien brouillonne.
Depuis Google Talk jusqu’à Allo, Hangouts, Meet et Chat, le géant de la recherche en ligne a multiplié les initiatives par le passé sans jamais trouver la « killer app ».