Les États-Unis facilitent la délivrance des visas de travail

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Confronté à la pénurie de main-d’œuvre, le département d’État a décidé de simplifier les procédures : les demandeurs de visas H-1B, L-1 et O-1 sont exemptés de l’entretien individuel dans un consulat américain. Les étudiants étrangers bénéficient déjà de la même mesure.

Plus besoin d’un entretien en présentiel au consulat pour obtenir depuis l’étranger un visa de travail aux États-Unis : le département d’État a décidé de supprimer “temporairement” cette étape ultime avant la délivrance du visa, rapporte The Wall Street Journal. La mesure concerne en particulier les visas H-1B, L-1 et O-1, soit “les types de visas les plus couramment utilisés par les entreprises pour attirer des professionnels hautement qualifiés”.

Les demandeurs de visas étudiant et les travailleurs saisonniers sont déjà exemptés de ces entretiens en présentiel et devraient le rester “jusqu’à la fin de l’année 2022”, précise le département d’État.

Des files d’attente qui s’allongent

Selon le journal, environ 60 % des consulats américains sont partiellement fermés depuis le début de la crise sanitaire. Ceux qui ont réduit leurs activités donnent la priorité aux demandes des candidats à la résidence permanente, “ce qui signifie qu’ils ne traitent pas la plupart des demandes concernant les différents types de visas de travail temporaires”. Conséquence : les files d’attente n’en finissent pas de s’allonger. Dans ces conditions, l’entretien obligatoire en présentiel constituait un point de blocage majeur.

“Cette situation est l’une des raisons invoquées par les entreprises pour expliquer la pénurie persistante de main-d’œuvre aux États-Unis”, explique The Wall Street Journal. En année normale des centaines de milliers de visas de travail sont délivrés par les consulats dans les catégories concernées. En 2019, par exemple, le département d’État a délivré plus de 188 000 visas H-1B et 77 000 visas L-1.

Si cette simplification va sans doute permettre de débloquer un certain nombre de demandes, elle ne résoudra toutefois pas entièrement le problème, selon le journal. “Tant que les consulats devront continuer à appliquer les restrictions dues à la pandémie, ils délivreront probablement moins de visas que d’habitude.”

Source

C’est la bible des milieux d’affaires. Mais à manier avec précaution : d’un côté, des enquêtes et reportages de grande qualité ; de l’autre, des pages éditoriales tellement partisanes qu’elles tombent trop souvent dans la mauvaise foi la plus

[…]

Lire la suite