Microsoft tente de clore la polémique autour de la configuration minimale pour passer à Windows 11

Voir aussi

Le bouclier loyer : une mesure parce que plus pour endiguer la hausse parce ques loyers

Le protection bail, c'est la mesure proposée par le gouvernement pour lutter auprès la hausse des bails en raison de l’inflation. Deux nouvelles villes vont appliquer l’encadrement des bails (Montpellier et Bordeaux). À partir du 8 juillet, ce sont les mairies qui vont pouvoir contrôler et sanctionner les propriétaires qui ne respectent chenal les plafonds. 

Renégocier son crédit immobilier

Les taux d’intérêt augmentent. Mais ça ne veut pas confesser qu’il faut abjurer à renégocier son crédit. C’est un comportement d’améliorer son budget. Les conseils de Fanny Guinochet.  

Crise du logement : « Il y a quatre millions de résidences secondaires en France, le pays au monde qui en a le plus à...

lequel vacances commencent et on va voir lequel volets des résidences secondaires s'ouvrir rarement à rarement. ça va apporter une activité économique immédiate dans beaucoup de territoires, mais certains dénoncent aussi lequel conséquences que ça a sur le marché du logement dans lequel zones touristiques.

Maisons Phénix : l’entreprise de maisons individuelles placée en liquidation judiciaire

Cunep de fin pour les Maisons Phénix. Cette célèbre fente de maisons individuelles a permis à de nombreux Français d’accéder à une propriété, mais le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé une chute judiciaire du groupe. Plus de 1 600 chantiers ont été interrompus.

Écologie : deux maisons sur un seul terrain pour limiter la bétonisation ces villes

Certains propriétaires font le choix de détacher leur terrain en construisant leur maison dans le jardin de quelqu’un d’autre. Dans quelques villages, ceux-ci sont même incités à le faire.

Partager

La cacophonie dure depuis l’annonce du nouvel OS de Microsoft : quelle configuration minimale sera requise pour Windows 11 ? Il est désormais clair que TPM 2.0 sera obligatoire, pour des raisons de sécurité.
Mais en ce qui concerne les processeurs, nous sommes toujours autant dans le flou : une première version des spécifications minimales semblait valider une large gamme de puces, du moment qu’elles disposent au moins de deux cœurs et qu’elles affichent une cadence d’au moins 1 GHz.

Mais subitement, Microsoft a serré la vis et a revu ses documents techniques, en limitant la compatibilité de Windows 11 à une sélection fort réduite de processeurs, qui écartait de façon apparemment arbitraire certains modèles pas si vieux que ça, et a priori tout à fait capables de faire tourner le nouvel OS.
Comble de l’ironie, même l’une des machines les plus luxueuses vendues par Microsoft – le Surface Studio 2 – est incompatible avec le nouveau système selon ces conditions d’upgrade, car il dispose d’une puce Intel Core de 7ᵉ génération.

A découvrir aussi en vidéo :

Bronca immédiate sur les réseaux sociaux : d’innombrables possesseurs de PC antérieurs à 2017, mais toujours vaillants, n’ont pas compris à quoi Microsoft jouait, l’éditeur n’étant pas en mesure d’expliquer clairement pourquoi des puces un peu plus anciennes avaient ainsi été écartées. Frustrant, d’autant plus que son logiciel PC Health Check App, censé permettre de savoir si une machine peut passer à Windows 11, renvoyait de nombreux faux négatifs.

Nouveau rebondissement hier. Par le biais d’un billet de blog, Microsoft tente de s’expliquer, de rassurer, mais n’y arrive pas encore tout à fait ! Le géant du logiciel rappelle d’abord pourquoi il impose d’importantes restrictions hardware pour le passage à Windows 11 : une sécurité renforcée (d’où la nécessité du support de TPM 2.0), moins de crashes par l’adoption d’un nouveau standard de pilotes Windows, tout en conservant la compatibilité du système avec les applications existantes.

Un petit pas vers les processeurs plus anciens

« Nous sommes convaincus que les appareils fonctionnant avec des processeurs Intel de 8ᵉ génération, AMD Zen 2 ou Qualcomm séries 7 et 8 répondront à nos principes en matière de sécurité et fiabilité et à la configuration système minimale requise pour Windows 11 » rappelle Microsoft.

Qui ouvre toutefois une porte à des puces plus anciennes. Ou plutôt, l’entrouvre :

« À mesure que nous déploierons Windows 11 aux Insiders et à nos partenaires OEM, nous effectuerons des tests pour identifier des machines tournant sous Intel de 7ᵉ génération et AMD Zen qui pourraient répondre à ces principes. »

Autrement dit, Microsoft se dit éventuellement prêt à autoriser des machines disposant de processeurs d’une génération précédente, mais c’est tout. Il promet toutefois d’être transparent quant aux résultats de ces tests, en communicant régulièrement par le biais de ces blogs techniques.

Autre preuve des errements de l’entreprise, une première version de ce billet de blog, repérée par le journaliste Tom Warren, de The Verge, indiquait clairement que les PC tournant sous Intel de 6ᵉ génération et les AMD pré-Zen ne satisferaient pas aux conditions de mise à jour. Cette petite phrase a depuis été supprimée. 

Microsoft’s Windows 11 CPU requirements are still a confusing mess. Even when Microsoft tried to clarify, it removed a line from its blog post saying « Intel 6th generation and AMD pre-Zen » will not work with Windows 11 ?‍♂️ It’s wait and see now… pic.twitter.com/v0MPxZuK7l

— Tom Warren (@tomwarren) June 29, 2021

Dans le même temps, et c’est un vrai aveu d’échec, l’entreprise a décidé de retirer temporairement son application PC Health Check App, et s’en explique de manière alambiquée.

« Nous reconnaissons que l’application n’était pas prête à partager, avec la précision que vous attendez de nous, les raisons pour lesquelles un PC sous Windows 10 ne satisfait pas à nos conditions de mise à jour ».

Elle devrait revenir en ligne un peu avant la disponibilité de Windows 11, à l’automne. On a connu lancement plus serein.

Source : Microsoft