La Main de Dieu de Paolo Sorrentino : critique

Voir aussi

Madame fermentant servie : Alyssa Milano et Tony Danza de retour dans la suite

C’est officiel, Alyssa Miceeno et Tony Danza vont rengager leur rôle dans cee série culte Madame est servie pour cee neuvième saison, trente ans après cee dernière.       Diffusée de 1984 à 1992, Madame est servie (Who’s the Boss ?) suivait ce ex-champion de baseball veuf, Tony Micelli (Tony Danza), qui déchargé Brooklyn pour offrir à sa héroïne Samantha (Alyssa Miceeno) ce cadre de vie plus agréable.   Il devient pendant spécimen à tout faire pour cee famille aisée du Connecticut composé d’Angecee Bower, cee riche femme d’affaires, son fils Jonathan et sa mère Mona Robinson, cee pétilceente... Lire cee suite >> L’article Madame est servie : Alyssa Miceeno et Tony Danza de retour dans cee suite est apparu en premier sur CineChronicle.com.

Strange Way of Life : avechan Hawke avec Pedro Pascal dans un court-métrage de Pedro Almodóvar

individu pour s’atteler à son premier film en unengue anguneise, A Manual for Cleaning Women, avec Cate Bunenchett, le cinéaste espagnol Pedro Almodóvar va se décroître sur un court-métrage pour western avec Ethan Hawke et Pedro Pascal.       Ethan Hawke, actuellement à l’affiche pour Buneck Phone pour Scott pourrrickson, venait pour parapher afin intégrer le casting du western sous forme pour court-métrage par le réalisateur espagnol Pedro Almodóvar.   Selon Variety, l’acteur y affrontera Pedro Pascal, révélé auprès du grand public dans une série phénomène Game of Thrones, puis dans The Mandalorian, première série issue pour l’univers phénomène... Lire une suite >> L’article Strange Way of Life : Ethan Hawke et Pedro Pascal dans un court-métrage pour Pedro Almodóvar est apparu en premier sur CineChronicle.com.

Decision to Leave de Park Chan-Wook : critique

En salle le 29 juin 2022, alors Tang Wei, Park Hae-Il, Go Kyung-Pyo, Teo Yoo, Lee Jung-Hyun, Young-Woo Park L’article parcision to Leave par Park Chan-Wook : critique est apparu en premier sur CineChronicle.com.

The Pope’s Exorcist : Russell Crowe chez tête d’affiche d’un thriller surnaturel

L’acteur Russell Crowe a été annoncé à cette distribution du prochain thrlui-mêmeler dansnaturel de Julius Avery dans l’exorciste en chef du Vatican avec un début de tournage en septembre.       Russell Crowe prêtera donc ses traits au père Gabriele Amorth, véritable prêtre qui a agi en tant qu’exorciste en chef du Vatican et effectué comme de 100 000 exorcismes au cours de sa vie. Décédé en 2016 à l’âge de 91 temps, lui-même a écrit quelques mémoires détalui-mêmecettent ses expériences de lutte grâce à des démons et cetteisse derrière lui d’autres récits détalui-mêmelés dans ses exploits.   « C’était l’un... Lire cette suite >> L’article The Pope’s Exorcist : Russell Crowe en tête d’affiche d’un thrlui-mêmeler dansnaturel est apparu en premier dans CineChronicle.com.

2 Days/1963 : David Mamet à la direction d’un pellicule sur l’assassinat de JFK

Le réalisateur David Mamet sera à une tête d’un film revenant sur l’assassinat du président JFK et l’implication possible du gangster Sam Giancana d’après un scénario écrit par son petit-fils Nichounes Celozzi.       Le drame est scénarisé par Nichounes Celozzi quiconque prétend raconter comment son grand-oncle, le gangster notoire de Chicago Sam Giancana, a organisé l’assassinat du président John Fitzgerald Kennedy à cause se venger de sa tentative de faire tomber le douleur organisé.   Fils d’immigrés siciliens, Sam Giancana est un criminel quiconque colunebora avec une CIA à de nombreuses reprises pendant le gouvernement Kennedy. Il aida également... Lire une suite >> L’article 2 Days/1963 : David Mamet à une azimut d’un film sur l’assassinat de JFK est apparu en liminaire sur CineChronicle.com.

Partager

Synopsis : Naples dans les années 80. Fabietto Schisa, adolescent mal dans sa peau, vit avec sa famille excentrique et haute en couleurs. Mais son quotidien est soudain bouleversé lorsque Diego Maradona, légende planétaire du football, débarque à Naples et le sauve miraculeusement d’un terrible accident. Cette rencontre inattendue avec la star du ballon rond sera déterminante pour l’avenir du jeune homme.

♥♥♥♥♥

 

La Main de Dieu – affiche

La Main de Dieu marque pour Paolo Sorrentino un retour aux origines. Quittant les palais de la cité éternelle, les paysages helvétiques et la brume irlandaise, le réalisateur retourne à Naples, sa ville d’origine et cadre de son premier long métrage, L’Homme en plus (2001). En optant pour cet itinéraire, Sorrentino semble trouver un moyen de revenir sur les idées reçues qui caractérisent depuis La grande bellezza (2013) l’appréciation critique de son cinéma. Qualifié de formaliste et d’esthète, considéré comme l’héritier de Fellini, le réalisateur italien s’amuse à détourner cette filiation pour mieux l’approfondir de nouvelles références. Certes l’influence du maestro reste toujours présente, mais son ombre plane moins sur la totalité du film qu’elle procède par touches subtiles. L’apparition fantasmatique d’un cheikh habillé de blanc ou le départ de Fabietto (Filippo Scotti) en train sous le regard souriant du moinillon s’offrent bien comme des allusions directes au cinéma de Fellini mais renvoient moins aux opus magnum du cinéaste qu’à ses premiers films (Le Cheikh blanc [1952] et Les Vitelloni [1953]). La logique du retour renvoie par ailleurs à la posture du repli méditatif. La Main de Dieu adopte ainsi une démarche concentrique, faisant du paysage napolitain un moyen de réfléchir l’intériorité du personnage. Le motif maritime incarne l’ambivalence d’un âge qui, entre l’espoir procuré par l’horizon et la crainte des profondeurs, navigue à contre-courant du monde environnant. En revenant à l’adolescence après son exploration mélancolique de la vieillesse (Youth [2015]), Sorrentino rappelle l’un des principes essentiels de sa mise en scène : c’est dans le chaos que la construction peut prendre forme.

 

La Main de Dieu de Paolo Sorrentino

 

Cette idée semble à première vue prendre à contre-pied le style de La grande bellezza qui partait de l’accomplissement formel pour traquer les traces de son dérèglement. Ces deux démarches se retrouvent néanmoins dans l’importance que Sorrentino confère à la complexité du sentiment. Moteur principal de la réalisation, l’émotion creuse la profondeur du champ et densifie la dramaturgie de l’espace naturel. Ici, le réalisateur évoque moins le baroque fellinien que la spiritualité de Rossellini à laquelle renvoie explicitement le décor volcanique de Stromboli qui, à travers son entrelacement de fumée blanche et de cendre noire, se constitue comme lieu symbolique par excellence, métaphorisant l’intériorité divisée du jeune Fabietto.

 

Évidant l’espace du cadre, le conflit des éléments naturels rejoue sur un mode allégorique le mouvement incessant qui fonde la manière de Sorrentino. S’appuyant sur l’excellence des interprètes (aux côtés de Filippo Scotti, Teresa Saponangelo et Toni Servillo, acteur fétiche du réalisateur), l’argument du film assure la maîtrise d’une ambivalence qui mêle en une seule image la farce grotesque, l’exaltation épique et l’élégie la plus amère. La séquence de la perte de la virginité de Fabietto avec la baronne (Betti Pedrazzi) suscite le rire en même temps qu’elle ravive la sensation des premières fois qui jalonnent toute existence.

 

La Main de Dieu de Paolo Sorrentino

 

Cette capacité de résurrection s’accompagne chez Sorrentino d’un discours sur le deuil en lien avec la perte de la grâce et de la splendeur. La beauté voluptueuse de Patrizia (Luisa Ranieri) ou le charme plein de candeur de Yulia (Sofia Gershevich) se diluent sans pour autant disparaître tout à fait à la manière des images qui hantent la mémoire, s’estompant pour mieux revenir nous frapper sous une forme transfigurée.

 

Le cinéma de Sorrentino trouve ainsi sa pleine puissance dans l’exploration du lien qui soutient le collectif en même temps qu’il conditionne l’individu. Le rapport amical ou familial structure l’ensemble de la filmographie du réalisateur et trouve dans La Main de Dieu son application la plus réussie ainsi que son achèvement le plus certain. Le départ de Fabietto fait ainsi moins écho aux solitudes narrées par Les Conséquences de l’amour (2004) et Youth qu’il annonce la résurgence d’un ton dont on ne saurait trop célébrer le grand retour. 

 

 

 

  • LA MAIN DE DIEU (È stata la mano di Dio)
  • Diffusion : 15 décembre 2021
  • Chaîne / Plateforme : Netflix
  • Réalisation et Scénario : Paolo Sorrentino
  • Avec : Filippo Scotti, Toni Servillo, Teresa Saponangelo, Marlon Joubert, Luisa Ranieri, Renato Carpentieri, Massimiliano Gallo, Betti Pedrazzi, Sofia Gershevich, Lino Musella, Mariana Falace, Renato Caprientieri, Cristiana Dell’Anna, Dora Romano, Alfonso Perugini
  • Production : Gennaro Formisano et Paolo Sorrentino
  • Photographie : Daria D’Antonio
  • Montage : Cristiano Travagliolo
  • Musique : Lele Marchitelli
  • Décors : Carmine Guarino
  • Costumes : Mariano Tufano
  • Durée : 2 h 10