En Espagne, des avantages fiscaux pour les nomades numériques

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Partager

Le gouvernement espagnol vient d’adopter un projet de loi qui prévoit des impôts allégés pour les professionnels non résidents. Objectif : faire de l’Espagne la “terre promise” des start-up, explique le quotidien La Vanguardia.

Après la Croatie, l’Islande et la Thaïlande (entre autres), l’Espagne se prépare à proposer des avantages fiscaux non négligeables aux nomades numériques qui envisagent de s’installer sur son sol, annonce le quotidien barcelonais La Vanguardia.

Les travailleurs à distance étrangers pourront à l’avenir résider et travailler en Espagne pendant cinq ans tout en bénéficiant durant les quatre premières années de leur séjour du taux d’imposition réduit applicable aux non-résidents (soit 15 %). Le projet prévoit également des déductions d’impôt pour tout investissement réalisé au profit d’entreprises nouvellement créées (jusqu’à 100 000 euros). Des mesures qui concernent aussi les professionnels espagnols installés à l’étranger depuis plus de cinq ans et qui souhaitent revenir en Espagne.

Stimuler l’innovation

“Cette loi va placer l’Espagne à l’avant-garde de la création de start-up à un moment où de plus en plus de nomades numériques et d’investisseurs veulent pouvoir travailler de n’importe où dans le monde”, a déclaré Nadia Calviño, la ministre de l’Économie.

Aux États-Unis, 19 millions de personnes envisageraient de se convertir très prochainement au nomadisme numérique et 45 millions reconnaissent qu’elles sont tentées par ce mode de vie, selon une récente enquête de MBO Partners. La même enquête estime que d’ici 2025 l’Europe pourrait compter entre 30 et 40 millions de nomades numériques.

Source

“L’Avant-Garde” a été fondée en 1881 à Barcelone par la famille Godó, qui en est toujours propriétaire. Ce quotidien au format berlinois est le deuxième du pays en matière de diffusion, et le numéro un en Catalogne, juste devant El Periódico de

[…]

Lire la suite