“Il faut encourager les immigrés qui veulent créer une entreprise”

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Rien n’est facile quand on émigre et les pays d’accueil auraient tout intérêt à mieux soutenir les nouveaux résidents tentés par l’entrepreneuriat, explique ce chercheur qui s’intéresse notamment aux entrepreneurs issus des minorités ethniques.

Bien souvent, les personnes issues de l’immigration sont prospères en affaires. Au Royaume-Uni, il y a un immigré derrière une entreprise sur sept et la moitié des sociétés enregistrant la plus forte croissance ont été créées par une personne née à l’étranger. Aux États-Unis, 45 % des cinq cents plus grosses entreprises, à commencer par des poids lourds tels qu’Apple, AT & T et Costco, ont été fondées par un immigré ou un enfant d’immigré.

Peut-être a-t-on, quand on quitte son pays, une prédisposition à prendre des risques, ce qui est une qualité indispensable pour qui souhaite créer son entreprise.

Des obstacles spécifiques aux entrepreneurs immigrés

Pourtant, quand on émigre, rien n’est facile. Car outre les difficultés qu’ils partagent avec le reste de la population de leur pays d’accueil (démarches administratives et financement, par exemple), les immigrés doivent faire face à des obstacles qui leur sont propres.

Leur avenir est donc bien plus conditionné par ce que nous appellerons l’“environnement institutionnel” de leur pays d’élection – système juridique et financier, et fonctionnement de l’administration.”

Pour un pays soucieux de dynamiser son économie, les visas dits “start-up” ou “création d’entreprise” sont une bonne manière d’attirer des étrangers ayant l’esprit d’entreprise. Aujourd’hui, le Canada, le Royaume-Uni et Singapour possèdent des dispositifs performants qui leur permettent d’attirer des talents du monde entier.

Mais beaucoup de pays n’ont rien de ce genre, à commencer par les

[…]

Lire l’article original

Auteur

Tolu Olarewaju

Spécialiste du management, Tolu Olarewaju enseigne à l’université de Keele, au Royaume-Uni.

Source

Lancée en 2013, la version britannique du site d’actualités The Conversation est la deuxième à voir le jour, après le lancement du site australien en 2011. Ce média numérique à but non lucratif couvre un large éventail d’actualités : politique,

[…]

Lire la suite