des conjoints d’immigrants autorisés à travailler

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Les conjoints de titulaires de visas H1B et L1 n’auront plus besoin de demander un permis de travail. Une mesure qui devrait bénéficier à des dizaines de milliers d’expats qui attendent depuis des mois une réponse des services de l’immigration.

Le gouvernement américain a décidé permettre à certains conjoints de salariés expatriés de continuer à travailler légalement sans avoir à renouveler leur permis de travail, rapporte The Wall Street Journal. “Des dizaines de milliers d’immigrants conjoints de titulaires de visas H-1B et L-1 victimes d’un retard de plusieurs mois dans le traitement de leur dossier vont bénéficier de cette mesure.”

Les conjoints de salariés titulaires d’un visa L1 (destiné aux employés des sociétés étrangères qui  détiennent une filiale aux Etats-Unis) ou HB1 (réservé aux professionnels étrangers qualifiés embauchés par une entreprise américaine) devaient jusqu’à présent déposer une demande de renouvellement six mois avant l’expiration de leur permis de travail. Mais depuis 2019 les délais de traitement de ces dossiers par les services de l’immigration avaient pris plusieurs mois de retard.

“Une victoire pour les entreprises et les salariés”

Résultat : des dizaines de milliers d’immigrants dont beaucoup occupaient des emplois bien rémunérés, notamment dans le secteur technologique, ont perdu la capacité de travailler :

Au mieux, ceux dont les permis de travail étaient périmés ont perdu plusieurs mois de salaire. Au pire, ils ont perdu leur emploi ou bien ils ont été contraints de vendre leur maison.”

Les retards accumulés dans le traitement des demandes de visas et de permis de travail sont dus en partie à la pandémie, les services de l’immigration ayant fermés leurs bureaux durant trois mois. Mais les mesures anti-immigration de l’administration Trump y sont pour beaucoup, notamment du fait de nouvelles exigences concernant les données biométriques à fournir. Une situation qui avait fini par poser de nombreux problèmes aux entreprises qui emploient des salariés expatriés titulaires d’un visa de conjoint.

La décision de l’administration Biden fait suite à un recours collectif déposé en août dernier par l’American Immigration Lawyers Association. “C’est une grande victoire qui va permettre aux personnes concernées d’économiser de l’argent et du temps”, a déclaré Jesse Bless, directeur du contentieux du groupement d’avocats spécialisés en droit de l’immigration. “La mesure va bénéficier à la fois aux entreprises qui ont perdu des employés et aux employés qui veulent pouvoir continuer à travailler.”

Source

C’est la bible des milieux d’affaires. Mais à manier avec précaution : d’un côté, des enquêtes et reportages de grande qualité ; de l’autre, des pages éditoriales tellement partisanes qu’elles tombent trop souvent dans la mauvaise foi la plus

[…]

Lire la suite