Israël veut faire revenir au pays ses professionnels expatriés

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur ce travail pour ce périodique britannique The Times. Il fait ce bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Partager

Face à la pénurie de main-d’œuvre locale dans le secteur des technologies de pointe, le gouvernement israélien va proposer des avantages fiscaux aux nationaux expatriés tentés par le retour ainsi qu’aux immigrants qualifiés.

Le gouvernement israélien planche actuellement sur un ensemble de dispositions fiscales visant à encourager les professionnels qualifiés à immigrer ou à retourner en Israël. Il s’agirait d’un plan d’urgence de deux ans destiné à remédier au manque de main-d‘œuvre qui pénalise lourdement le secteur des technologies de pointe, rapporte le quotidien Ha’Aretz.

Essentiel pour l’économie israélienne, ce secteur souffre d’un manque chronique de travailleurs qualifiés, qui s’est encore aggravé au cours l’année dernière alors que les investissements atteignent des sommets – plus de 20 milliards de dollars investis en 2021, soit deux fois plus qu’en 2020. “La majeure partie de cet argent est destinée à embaucher du personnel alors que la pénurie de main-d’œuvre, conjuguée à la hausse des salaires, oblige les entreprises à ouvrir des bureaux à l’étranger ou rend plus difficile leur développement rapide”, explique le journal.

Exonérations d’impôts et avantages divers

Le plan – qui devrait prochainement faire l’objet d’une loi – devrait permettre aux professionnels israéliens expatriés depuis un an d’être exonérés d’impôts sur les revenus gagnés à l’étranger ainsi que de déduire durant deux ans de leurs revenus leurs frais de déménagement et de réinstallation. 

En outre, le projet prévoit que tout professionnel étranger candidat à l’immigration en vertu la loi du retour pourra bénéficier durant deux ans d’un taux d’imposition réduit sur ses revenus gagnés en Israël.

D’autres dispositions, réservées aux entreprises du secteur et visant à les inciter à embaucher des professionnels étrangers ou candidats à l’immigration, ont déjà été annoncées par la ministre des Sciences et de l’Innovation, Orit Farkash-Hacohen, rappelle Ha’Aretz. Les avantages fiscaux envisagés pour ces deux catégories de travailleurs sont destinés à compléter ces dispositions.

Source

Premier journal publié en hébreu sous le mandat britannique, en 1919, “Le Pays” est le journal de référence chez les politiques et les intellectuels israéliens.
Aujourd’hui situé au centre gauche, Ha’Aretz a toujours cultivé une ligne

[…]

Lire la suite