Les joailliers suisses et les “rubis de la honte” venus de Birmanie

Voir aussi

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Aux mains de l’armée, le commerce des pierres précieuses birmanes profite à la junte militaire, au pouvoir en Birmanie depuis le coup d’État mené contre le gouvernement élu d’Aung San Suu Kyi, en février dernier. De nombreux joailliers suisses continuent pourtant d’utiliser les rubis, alerte le quotidien lausannois Le Temps.

Les rubis sang de pigeon, à la couleur rouge profond teinté d’une pointe de bleu, comptent parmi les pierres précieuses les plus rares et les plus recherchées au monde. Ils sertissent les bijoux des maisons de haute joaillerie, tels Adler, Harry Winston, Van Cleef & Arpels, Chopard ou House of Geneva, raconte Le Temps. La Birmanie en est la principale exportatrice. La Suisse, l’une des plus fidèles clientes.

Entre 2016 et 2020, le pays a importé annuellement l’équivalent moyen de 24 millions de francs en gemmes birmanes. Le coup d’État militaire, qui a renversé le gouvernement d’Aung San Suu Kyi en février dernier, n’a pas eu raison de ce marché juteux puisque, de janvier à mai 2021, “la Confédération a importé pour 4 millions de francs de pierres précieuses birmanes”.

La plupart de ces pierres sont originaires de la région de Mogok, “la vallée des rubis” décrite par Joseph Kessel dans son roman éponyme. Si la localité “inconnue des hommes [règne] pourtant sur eux”, ce sont bien les militaires au pouvoir dans le pays qui règnent sur la filière. Ils profitent de son commerce pour “financer la répression contre les manifestants pro-démocratie”, alerte Le Temps.

“Une région où rien ne se fait sans l’aval des militaires”

L’État Shan, situé dans l’est du pays, est “fragilisé par les conflits entre l’armée et les milices ethniques depuis des décennies”, raconte le journal. C’est là que la Myanmar Economic Corporation (MEC) et la Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL), deux conglomérats de l’armée birmane qui font l’objet de sanctions internationales, y compris en Suisse, détiennent plus de 570 permis d’exploitations minières, selon un rapport de l’ONU publié en 2019.

Dans cette région stratégique, “rien ne se fait sans l’aval des militaires”, note Simon Billenness, à la tête de l’ONG International Campaign for the Rohingya.

Les soldats y sont omniprésents. On les voit à l’aéroport, dans la rue, à l’entrée des mines.”

La Myanmar Gems Enterprise (MGE) est la troisième entreprise étatique implantée dans le secteur. Sanctionnée par les États-Unis et le Royaume-Uni depuis le printemps, elle délivre les permis miniers et prélève des redevances auprès des exploitants. D’après le rapport onusien, une partie de ses revenus “finirait dans les poches de haut gradés”.

L’empire économique de l’armée birmane

Au fil des ans, l’armée birmane s’est constitué un “empire économique” à travers la vente de bière, de cigarettes, de savons, la gestion de ports, d’hôtels, d’opérateurs de téléphonie mobile et la possession de deux des plus grandes banques du pays. Cette stratégie lui a permis de “s’autonomiser de l’État”, constate Le Temps.

Mais ce sont les pierres précieuses qui “représentent l’une des principales sources de revenus de l’armée, aux côtés du pétrole et du gaz”, estime Montse Ferrer, chercheuse chez Amnesty International :

L’armée en dépend pour financer ses opérations.”

Conscientes de ce problème, plusieurs marques de joaillerie suisses ont cessé de se fournir en Birmanie, comme Piaget et Cartier, dès 2017, ou Gübelin après le coup d’État. Les autres assurent respecter les textes internationaux en vigueur et être attachées “au respect des droits de l’homme, de l’éthique et de l’environnement”.

Source

Né en mars 1998 de la fusion du Nouveau Quotidien, du Journal de Genève et de la Gazette de Lausanne, ce titre de centre droit, prisé des cadres, se présente comme le quotidien de référence de la Suisse romande et 

[…]

Lire la suite