faux paradis pour nomades numériques

Voir aussi

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Fiches pratiques

Voyages. Publié le 29/11/2021 – 09:26 PHOTO Peggy_Marco / Pixabay / CC

Malgré les promesses des autorités, les télétravailleurs qui se sont installés en Thaïlande vivent le plus souvent dans l’illégalité ou, en tout cas, sous un statut pour le moins ambigu. Le pays ferait bien d’y remédier rapidement, explique un journal local.

La Thaïlande est souvent présentée comme un endroit idyllique et accueillant pour les nomades numériques, ces travailleurs à distance que la pandémie a vus se multiplier. Le pays avait annoncé la réouverture de ses frontières aux voyageurs vaccinés venus de 63 pays à partir du 1er novembre, mais la plateforme censée leur permettre de s’enregistrer était loin d’être au point.

Les nomades numériques étaient quant à eux censés bénéficier de visas spéciaux et de facilités d’immigration, mais, d’après le Pattaya Mail, la réalité est bien plus complexe. Selon ce site d’information, les télétravailleurs seraient en fait dans une situation “toujours ambiguë et illégale” :

L’Agence thaïlandaise de tourisme et le Comité d’investissement ont publié leurs recommandations pour les nomades numériques, mais rien n’a encore figuré dans la Gazette royale [équivalent du Bulletin officiel]. Ce qui serait envisagé viserait une certaine élite composée de gens qui gagnent très bien leur vie, mais ne concernerait pas des catégories fondamentales comme les professeurs d’anglais en ligne, les fournisseurs de livraisons directes (dropshippers), les traders en cryptomonnaie, les personnes travaillant dans le marketing, les blogueurs, les rédacteurs, les vendeurs Amazon ou encore les développeurs web en free-lance.”

Les nomades numériques présents sur le territoire ne sont pas inquiétés tant que les autorités locales restent convaincues qu’ils ne prennent pas des emplois aux Thaïlandais. “La Thaïlande promet beaucoup mais ne donne en réalité rien à ce qui sera un des plus gros marché du futur. Une politique d’immigration ne peut pas se contenter de chercher constamment à attirer des multimillionnaires qui voyagent en jet privé. En tout cas, il faut l’espérer,” ironise le Pattaya Mail.

Sélection de la rédaction