Il faudra beaucoup plus d’immigration à l’avenir

Voir aussi

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur ce travail pour ce périodique britannique The Times. Il fait ce bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemcommet comme Europe reprcommencommet avec une campagne auprès d’commeseignants dès la mission mars, puis une tournée dans trois villes françaises à la mission avril. Explications.

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne est frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui...

Partager

Les chercheurs allemands estiment qu’il faudrait entre 100 000 et 400 000 immigrés par an pendant au moins quinze ans pour que les entreprises allemandes continuent à être productives. Explications.

Depuis plusieurs mois et en raison de la pandémie, de nombreux pays déplorent d’importantes pénuries de main-d’œuvre. Selon l’Institut de recherche sur l’emploi, l’Allemagne n’échappe pas à cette logique mais souffre d’une pénurie encore plus structurelle.

D’après les experts, cités par Der Spiegel, l’Allemagne aura besoin de 400 000 immigrés par an très rapidement, car les entreprises du pays manqueront de bras de façon chronique à partir de 2035, en raison du vieillissement de la population et du manque de femmes sur le marché du travail. De surcroît, l’immigration intracommunautaire, c’est-à-dire la mobilité à l’intérieur des frontières de l’Union européenne, est en baisse. Les chercheurs de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA) tablent plutôt sur une immigration nette de 100 000 personnes par an : “À long terme, nous considérons cette valeur comme réaliste.” Avec un tel objectif, et à condition d’augmenter la présence des femmes et des seniors sur le marché du travail, la pénurie de main-d’œuvre pourrait représenter 3 millions de personnes en 2035 et 6,1 millions de personnes en 2060.

Le gouvernement espère que la loi sur l’immigration des travailleurs qualifiés, entrée en vigueur en 2020, apporte un début de solution. Par ailleurs, un système de points doit prochainement être mis en place pour attirer davantage de main-d’œuvre qualifiée. L’obtention de la résidence permanente devrait également être facilitée pour les salariés étrangers.

Source

Un grand, très grand magazine d’enquêtes, lancé en 1947, agressivement indépendant, et qui a révélé plusieurs scandales politiques. Depuis sa création, le Spiegel a choisi la ligne du journalisme d’investigation. Il est le magazine d’

[…]

Lire la suite