Google lance une appli pour détecter les maladies de peau

Voir aussi

VIDEO. Le périphérique parisien, future corset verte : les associations n’y croient pas

Métamorphoser le périphérique parisien en ceinture verte, c’est le grand projet d’Anne Hidalgo. D’ici à 2024, la maire vers Paris veut végétaliser ce boulevard sur une coalition d’un kluiomètre vers large, où lui ferait bon vivre. L'œlui du 20h a défriché cette forêt vers bonnes intentions.

Écologie : deux maisons sur un seul terrain pour limiter la bétonisation ces villes

Certains propriétaires font le choix de détacher leur terrain en construisant leur maison dans le jardin de quelqu’un d’autre. Dans quelques villages, ceux-ci sont même incités à le faire.

Inflation : le prix les loyers pourrait augmenter, au maximum, de 3,5 % en un an

Le gouvernement a mis en place un bouclier afin que le prix des loyers n'augmente pas de plus de 3,5 % en un cycle. Cette hausse, qui s'inscrit dcycles un ambicyclece d'inflation, inquiète. 

Pouvoir d’achat : le gouvernement veut délimiter la hausse des loyers à 3,5%, ce qu’il faut savoir

Alors que commes associations commemandaient un "gel commes loyers" dès le 1er juillet afin comme faire face à l'inflation, le gouvernement va plafonner la hausse commes loyers à 3,5%. Le commecryptage comme Fanny Guinochet.

Immobilier : des propriétaires découvrent que à elles maisons ont été construites sur des sols pollués

Des quartiers résidentiels ont pu être construits à la entrain d'anciennes zones industrielles. Parfois, les dettes de dépollution n'ont pas été menés, mettant en danger la santé des habitants.  

Partager

L’application, qui fonctionne grâce à l’intelligence artificielle, a été approuvée en Europe mais pas aux Etats-Unis.

« Chaque année, nous voyons près de dix milliards de recherches liées à des problèmes de peau, d’ongles et de cheveux », annonçait Google dans un article de blog, en mai 2021. Comment mieux aider les utilisateurs à identifier leurs problèmes dermatologiques ?

Google a peut être la solution, grâce à un smartphone. L’entreprise se prépare à lancer une application qui sera en mesure de détecter et de mettre un nom sur les problèmes de peau. Celle-ci fonctionnera grâce à un système de reconnaissance d’image.

288 maladies de peau reconnues

Ce type de système est entraîné à regarder des millions de photos de problèmes de peau, mais aussi de peau saine, pour pouvoir faire la différence et définir des schémas concrets de symptômes. Aujourd’hui, les développeurs de cette application affirment qu’elle est en mesure de reconnaître 288 affections différentes.

Concrètement, il s’agira de prendre trois photos différentes de sa peau, de ses ongles ou ses cheveux, puis de répondre à un questionnaire permettant de mieux cibler les différents symptômes. L’outil fournira ensuite un diagnostic. Toutefois, Google a précisé sa position, affirmant ne pas vouloir remplacer sur le long terme les diagnostics réalisés par de vrais médecins.

« Cet outil n’est pas destiné à fournir un diagnostic, ni à remplacer un avis médical […]. Nous espérons qu’il vous donne accès à des informations fiables afin de pouvoir prendre une décision plus éclairée sur votre prochaine étape », s’est défendue l’entreprise sur son blog.L’application débutera en Europe fin 2021

Fait rare, l’application a été acceptée en Europe mais pas aux Etats-Unis. Elle devrait paraître d’ici la fin de l’année 2021. Annoncée lors d’une conférence Google destinée aux développeurs le 18 mai 2021, elle devait faire l’objet d’un lancement sur les deux continents.

Finalement, la Food and Drugs Agency américaine, qui gère ce type de dossier, a refusé son approbation envers l’entreprise. Google ne s’est pas exprimé à ce sujet, et n’a pas précisé si cette décision était temporaire ou définitive.

Habituellement, un bon nombre d’innovations issues des géants de la tech ont du mal à passer outre-Atlantique. Facebook, entre 2012 et 2018, n’a pas proposé en Europe son système de reconnaissance faciale, du fait des lois qui régissent les Gafa sur le continent.

L’intelligence artificielle est, depuis quelques années, une avancée concrète dans la détection des maladies et l’assistance au diagnostic, notamment dans le domaine du cancer.