Ces villes qui facilitent la vie des travailleurs à distance

Voir aussi

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur ce travail pour ce périodique britannique The Times. Il fait ce bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemcommet comme Europe reprcommencommet avec une campagne auprès d’commeseignants dès la mission mars, puis une tournée dans trois villes françaises à la mission avril. Explications.

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne est frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui...

Partager

Une plateforme de recrutement a classé 80 métropoles en fonction de critères susceptibles d’intéresser à la fois les nomades numériques et les entreprises qui les emploient.

Melbourne, Montréal, Sydney : c’est le tiercé qui domine le classement des villes les plus favorables aux travailleurs à distance établi par la plateforme WorkMotion, qui propose aux entreprises de les aider à recruter des employés à l’étranger, rapporte le magazine Forbes.

L’étude de WorkMotion avait pour objectif de déterminer quelles sont actuellement les villes où il est le plus facile de travailler à distance en fonction de facteurs tels que la facilité avec laquelle il est possible de se mettre en conformité la législation locale en matière de droit du travail, le coût de la vie, l’accès au logement, la stabilité politique, la sécurité, le statut des minorités ou encore l’égalité salariale hommes-femmes.

Travail à distance, un état des lieux

Quatre-vingt villes au total ont été notées selon les dix-sept critères retenus. Ce qui permet de savoir, par exemple, que c’est à Dublin qu’il est le plus facile pour une entreprise qui emploie des travailleurs à distance de se mettre en règle avec le droit du travail local – en la matière, Helsinki et Copenhague se classent également en tête de liste. Ou qu’Istanbul a les taux d’imposition les plus favorables aux travailleurs à distance, devant Lisbonne et Hong Kong. Ou encore que c’est à Bali, Bangalore et Rio de Janeiro que les travailleurs à distance peuvent trouver des logements bon marché.

Les entreprises qui veulent embaucher ne sont plus limitées au marché du travail local – et c’est particulièrement vrai pour celles qui ont du mal à attirer, dans les villes où elles sont basées, les meilleurs talents, explique Carsten Lebtig, directeur de WorkMotion. “En revanche, les dirigeants seraient bien avisés de permettre aux employés qui ont déjà fait leurs preuves une certaine flexibilité pour s’installer là où ils ont envie de vivre. Nous prévoyons que les demandes en ce sens pourraient se multiplier dans les années à venir.”

L’étude a été conduite en septembre et octobre derniers sur des données recueillies à partir de 2020. “Nous voulions capturer un instantané du paysage actuel du travail à distance comme première étape pour suivre son évolution au cours des années à venir. De nombreux travailleurs à distance sont attirés vers de nouvelles villes par la promesse d’un mode de vie ou d’un climat différents. Nous espérons que cette étude pourra intéresser tous ceux qui recherchent le dépaysement et leur suggérer des destinations inattendues.”

Top 10 des meilleures villes pour le travail à distance

1. Melbourne
2. Montréal
3. Sydney
4. Wellington
5. Prague
6. Toronto
7. Tallinn
8. Zagreb
9. Singapour
10. Dublin

Source : Best Remote Work Cities/Workmotion

Source

Une success story qui porte bien son nom : celui de la dynastie fondée par B.C. Forbes en 1917, année de parution du premier numéro du magazine. Depuis 1990, Steve Forbes perpétue l’esprit de libéralisme chic, militant et informé qui a

[…]

Lire la suite