Aux États-Unis, 400 000 cartes vertes non attribuées pourraient être remises en circulation

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Partager

Distribuer 400 000 cartes vertes non attribuées au cours des dernières années à des candidats à l’immigration : c’est la mesure que les démocrates veulent faire voter dans le cadre du projet législatif sur les dépenses sociales et l’économie verte de Joe Biden. Mais ce n’est pas gagné, prévient The Wall Street Journal.

Ce n’est pas la mesure la plus spectaculaire du plan Build Back Better (“reconstruire mieux”, BBB), le projet de loi sur les dépenses sociales et l’économie verte de Joe Biden, souligne The Wall Street Journal, mais elle pourrait faire l’affaire d’un certain nombre de candidats à l’immigration et d’expatriés qui travaillent déjà aux États-Unis mais qui n’ont qu’un visa provisoire : quelque 400 000 Green Cards encore non attribuées pourraient venir s’ajouter aux 140 000 permis de résidence permanente qui doivent théoriquement être émis en 2022.

“Les cartes vertes sont généralement attribuées aux immigrants qui ont de la famille aux États-Unis ou qui sont parrainés par un employeur, rappelle le journal. Pour de nombreuses catégories de candidats, le nombre de cartes vertes délivrables est plafonné chaque année et celles qui ne sont pas attribuées sont réputées périmées dès la fin de l’année. Les États-Unis limitent également le nombre de cartes vertes qu’ils délivrent aux ressortissants de chaque pays, ce qui signifie que les candidats de pays à fort taux d’immigration peuvent attendre des années avant de devenir résidents permanents.”

Plus de 5 millions de demandes en souffrance

“Si vous êtes originaires de certains pays, vous pouvez même attendre jusqu’à vingt ans avant de pouvoir vivre avec les membres de votre famille”, plaide John Yang, président d’Asian Americans Advancing Justice, une association qui fait campagne en faveur de la remise en circulation des cartes vertes. Au total, ils seraient 4 millions à attendre le sésame qui leur permettrait de rejoindre les leurs aux États-Unis. Un chiffre auquel il faut ajouter environ 1,2 million d’expatriés parrainés par leur employeur américain.

Si la mesure proposée était adoptée, un peu plus de 200 000 cartes vertes pourraient être attribuées au titre du regroupement familial, les autres étant mises à la disposition des employeurs. Mais tous les représentants démocrates ne sont pas d’accord sur les éventuels bénéficiaires des cartes vertes ainsi “récupérées”, explique The Wall Street Journal : certains aimeraient qu’elles servent aussi à régulariser la situation d’immigrés entrés illégalement aux États-Unis tandis que d’autres y sont farouchement opposés. Or pour être adoptée au Sénat, à défaut de voix venus du Parti républicain, la mesure aura besoin de tous les votes démocrates.

Source

C’est la bible des milieux d’affaires. Mais à manier avec précaution : d’un côté, des enquêtes et reportages de grande qualité ; de l’autre, des pages éditoriales tellement partisanes qu’elles tombent trop souvent dans la mauvaise foi la plus

[…]

Lire la suite