L’Europe vrai paradis des nomades numériques

Voir aussi

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Selon une enquête récente, huit des dix pays préférés des nomades numériques sont en Europe. The Economist analyse le phénomène.

Après des mois de confinement dans la grisaille berlinoise, Chris Bloom, coach personnel et blogueur, avait planifié son évasion. Au risque de susciter la colère de suiveurs jaloux sur Instagram, il avait passé un test Covid puis s’était envolé pour Lisbonne, où il s’était installé au Co living Outsite Lisbon, un espace d’habitat partagé et de coworking situé dans un agréable immeuble à la façade carrelée bleu et blanc, qui proposait l’essentiel : une connexion Internet stable et un café !

Chris Bloom fait partie du bataillon toujours plus étoffé de ces nomades numériques européens qui travaillent à distance tout en satisfaisant leur soif de voyage. Si cette forme de vie itinérante est aussi vieille que les ordinateurs portables et l’Internet gratuit, le Covid-19 lui a donné un nouvel élan. À la faveur de l’assouplissement des contrôles aux frontières, un jeu d’arbitrage entre les confinements a démarré au début de l’année pour des citadins avides de fuir des villes congestionnées, comme Berlin ou Londres.

“Déménager pour explorer de nouveaux lieux a un côté addictif”

Certains ont mis le cap vers d’autres métropoles, telles que Lisbonne ou Madrid, qui proposent un meilleur ensoleillement et des règles de confinement plus souples. D’autres ont choisi d’aller s’établir dans des endroits reculés de la Méditerranée ou des Alpes. Aujourd’hui, malgré l’adoucissement des restrictions liées au Covid-19, la tendance se poursuit, car de nombreux Européens ne veulent plus revenir à la routine de bureau traditionnelle après un an et demi de télétravail. Comme le souligne Yoon-Joo Jee, un entrepreneur qui a habité tour à tour à Séoul, Genève et Lisbonne pendant la pandémie : “Déménager pour explorer de nouveaux lieux a un côté addictif”.

En matière d’augmentation du nombre de nouveaux nomades, l’Amérique affiche les meilleurs scores, avec 10,9 millions de vagabonds numériques l’an dernier, contre 7,3 millions en 2019. Selon les universitaires, un bond du même ordre peut s’observer actuellement en Europe, un territoire qui se caractérise également par une absence de frontières intérieures à une échelle

[…]

Lire l’article original

Source

Grande institution de la presse britannique, The Economist, fondé en 1843 par un chapelier écossais, est la bible de tous ceux qui s’intéressent à l’actualité internationale. Ouvertement libéral, il défend généralement le libre-échange, la

[…]

Lire la suite