Gaëlle Cerf, de la gastronomie à la restauration de rue au Québec

Voir aussi

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Originaire du département de la Haute-Loire, Gaëlle Cerf a passé le plus clair de sa vie au Canada, où, en trente ans, elle s’est imposée dans le monde de la restauration. Aujourd’hui, explique-t-elle au quotidien La Presse, elle doit adapter son métier aux réalités de l’après-pandémie.

Gaëlle Cerf était âgée de 8 mois lorsque ses parents ont pris la décision de quitter la France pour s’installer à Ottawa. “Ses parents ne sont jamais repartis”, précise La Presse. Elle non plus.

Dans sa famille, confie Gaëlle Cerf au journal, la nourriture frôle l’obsession : “On mangeait et on parlait de ce qu’on allait manger après. C’était notre seul sujet de conversation.” C’est sans surprise qu’elle commence à côtoyer le monde des marmites, à la fin de l’adolescence. L’aspect administratif a rapidement suivi. “À la mi-vingtaine, la jeune Gaëlle est déjà responsable de la gestion d’un petit restaurant” à Montréal. Au début des années 2000, la restauratrice se joint au chef Martin Picard, qui venait d’ouvrir Au Pied de cochon, une adresse gastronomique de renom où elle va demeurer huit ans avant de vendre ses parts. “J’étais usée, fatiguée”, dit-elle.

De la gastronomie aux cuisines mobiles

C’est au retour d’un voyage aux États-Unis qu’un couple lui proposera de se lancer “dans l’aventure de la

[…]

Source

Le plus ancien quotidien francophone d’Amérique du Nord, fondé en 1884, a largement fait évoluer son offre ces dernières années – en raison des avancées technologiques et de la crise que connaissent de nombreux médias – pour devenir un média tout en

[…]

Lire la suite