Ryanair accusée de blacklister des usagers remboursés pendant la pandémie

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Les compagnies aériennes souffrent financièrement des effets de la pandémie et des restrictions de déplacement. Certaines, comme Ryanair ou British Airways, ont engagé un véritable bras de fer avec les usagers qui réclamaient des remboursements.

Au printemps 2020, en pleine explosion de la pandémie de Covid-19, alors que les frontières internationales se fermaient les unes après les autres, les avions Ryanair poursuivaient obstinément leur ballet aérien, à vide. La compagnie low cost “refusait de rembourser les passagers empêchés de voyager”, raconte The Guardian, poussant de nombreux usagers à passer par leur banque pour adresser leurs réclamations et obtenir réparation.

“Les vols Ryanair qui décollent comme prévu ne sont pas remboursables”, explique un responsable de la compagnie. “C’est écrit noir sur blanc dans les conditions acceptées par l’usager lors de la réservation.” Le 7 octobre, l’autorité de la concurrence du Royaume-Uni a toutefois indiqué que Ryanair avait profité d’un flou juridique pour refuser des remboursements, note le quotidien britannique.

À la limite de la légalité

La compagnie est désormais accusée d’avoir blacklisté les passagers qui ont osé poursuivre leurs démarches pour récupérer les sommes versées. Une enquête de l’organisme de défense des droits des consommateurs MoneySavingExpert affirme que des voyageurs ont vu l’achat de nouveaux billets conditionnés par la compagnie au “reversement des remboursements perçus”, détaille The Mirror.

Cette affaire est une illustration des nombreux contentieux générés par la pandémie dans le secteur de l’aviation, fortement touché par les interdictions des déplacements “non-essentiels”. La compagnie British Airways avait elle aussi été visée par l’enquête de l’autorité de la concurrence britannique pour les mêmes motifs de refus de remboursement, ajoute The Guardian.

Pour faire face aux restrictions et maintenir leur activité, les compagnies aériennes ont multiplié les stratagèmes plus ou moins

[…]

Serge Hastom