Boris Johnson veut booster les start-up britanniques grâce à l’immigration

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Les entreprises en manque de personnel très qualifié devraient bientôt pouvoir recruter à l’étranger plus facilement.

Le gouvernement britannique s’apprête à proposer de nouveaux visas de travail aux professionnels étrangers qualifiés, mais “seulement aux meilleurs”, si l’on en croit The Economist :

Transporteurs, éleveurs de volaille et abattoirs en manque de main-d’œuvre sont priés d’embaucher des travailleurs britanniques [plutôt que de recruter à l’étranger] en les formant et en les payant davantage, mais lorsqu’il s’agit d’entreprises qui ont besoin de développeurs informatiques, le gouvernement est prêt à se montrer plus compréhensif.”

“Maintenant, nous pouvons laisser entre les développeurs”

Seraient notamment concernés les professionnels qualifiés qui pourront se prévaloir d’une offre d’emploi de la part d’une entreprise britannique “à forte croissance” – sans que l’entreprise ait besoin de s’engager dans une longue et coûteuse procédure de parrainage –, les étudiants diplômés des “meilleures universités” étrangères (celles qui figurent au top 50 ou au top 100 des principaux classements mondiaux) et les créateurs d’entreprise qui auront réussi à convaincre un investisseur crédible.

Annoncés au printemps et à l’été derniers, ces nouveaux dispositifs devraient être détaillés le 27 octobre, lors de la présentation par Boris Johnson du prochain budget de son gouvernement. Ils viendront s’ajouter au Global Talent Visa, qui permet déjà aux entreprises de recruter des “talents exceptionnels” sans avoir à les parrainer mais qui est jugé trop sélectif. “Maintenant que nous avons repris le contrôle de l’immigration, nous pouvons nous permettre de laisser entrer les développeurs”, explique un expert cité par The Economist – d’autant que la demande est en train d’exploser du côté des start-up.

Source

Grande institution de la presse britannique, The Economist, fondé en 1843 par un chapelier écossais, est la bible de tous ceux qui s’intéressent à l’actualité internationale. Ouvertement libéral, il défend généralement le libre-échange, la

[…]

Lire la suite