Matthieu Pallud, 18 ans, de baby-sitter à chef d’entreprise

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Il y a deux ans, Matthieu Pallud a lancé Mogy, un site Internet qui met en relation des familles françaises et des baby-sitters à l’étranger. D’abord installée à Londres, sa plateforme est désormais disponible dans quatre pays.

Courrier Expat : Pouvez-vous nous présenter votre parcours et nous expliquer comment vous avez atterri à Londres ?

Matthieu Pallud : Quand j’étais encore au collège, j’habitais à Grenoble. Je faisais de l’escrime à un bon niveau et j’ai fait un stage dans un club en Angleterre. À la fin de celui-ci, le maître d’armes, c’est comme ça qu’on appelle les entraîneurs en escrime, m’a proposé de rejoindre le club car il trouvait que j’étais bon et ma maman a accepté. Au final, je ne suis resté qu’un an dans ce club mais j’ai continué à vivre en Angleterre.

Ça fait maintenant six ans que je suis à Londres. J’ai fait ma quatrième et ma troisième ici, puis mes années lycée. Je vais encore rester au moins deux ans à l’Imperial College, où j’étudie l’ingénierie biomédicale. J’aime beaucoup la ville, je trouve que l’atmosphère londonienne est moins pesante et prenante que celle de Paris. Même si le changement entre Grenoble et Londres était assez brutal car ce sont des villes drastiquement différentes, j’ai directement beaucoup accroché. Je trouve vraiment qu’il y fait assez bon vivre et je m’y plais.

Lorsque vous aviez 16 ans, vous avez fondé Mogy. Le 5 octobre dernier, vous avez reçu le trophée Ancien.ne élève des lycées français du monde remis par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) lors de la remise des Trophées des Français de l’étranger 2021 pour saluer cette réalisation. Racontez-nous comment la création de Mogy s’est passée.

Quand j’étais en fin de première, ça

[…]

Julien Lecot

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite