Après la pandémie, les billets d’avion seront plus chers

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Partager

Alors que des compagnies low cost ont fait faillite à cause de la crise sanitaire, la reprise des voyages en 2022 risque fort d’entraîner une hausse spectaculaire des tarifs.

Les billets d’avion n’ont jamais été aussi bon marché, constate The Telegraph. En 2021, les tarifs sont “au plus bas” malgré – ou à cause de – la pandémie :

Actuellement, les compagnies aériennes cherchent à dynamiser le marché des vacances d’automne. Les vols moyen-courrier [au départ du Royaume-Uni] vers les stations balnéaires espagnoles les plus populaires, comme Alicante ou Tenerife, sont jusqu’à 30 % meilleur marché qu’avant la pandémie.”

Des marges bénéficiaires de plus en plus étroites

Le phénomène ne fait en réalité que souligner la spectaculaire tendance à la baisse des tarifs aériens sur le long terme. Depuis 1978 – date à laquelle la guerre des prix a été déclarée entre les compagnies aériennes suite à la dérégulation du secteur aux États-Unis – “le prix des billets a chuté d’environ 40 % en même temps que le nombre de passagers a considérablement augmenté”, rappelle The Telegraph.

Mais jusqu’où les compagnies aériennes pourront-elles aller en matière de réduction des prix alors que leurs marges bénéficiaires sont de plus en plus réduites ? se demande la journaliste Annabel Fenwick Elliott.

Si les prix sont restés plus que modérés durant la pandémie, une compagnie comme Ryanair prédit une forte hausse l’année prochaine, au moins en Europe. “En 2022, il y aura une reprise spectaculaire du tourisme, or la capacité a diminué”, explique Michael O’Leary, son PDG. En cause, la faillite de plusieurs compagnies low-cost : “Thomas Cook Airlines (6 millions de sièges), Flybe (8 millions de sièges), Norwegian (près de 24 millions de sièges)… Alitalia a pour sa part réduit sa flotte de 40 %.” En court-courriers, la capacité du secteur aura diminué d’environ 20 % quand la demande reprendra très fortement. “Voilà pourquoi les prix vont beaucoup augmenter”, annonce Michael O’Leary.

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite