“Seul un Français peut bien comprendre les problèmes d’un Français”

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Bien préparer les Français à la vie dans la Belle Province, telle est la mission d’Objectif Québec, qui a vu le jour en 2019 et qui a déjà aidé plusieurs centaines de personnes à franchir le pas malgré la pandémie. Nous nous sommes entretenus avec Christelle Colling, la directrice et fondatrice de cet organisme.

Courrier Expat : Comment Objectif Québec se distingue-t-il de services professionnels existant déjà au Québec ?

Christelle Colling : Nous sommes un facilitateur de liens entre les Français qui ont un projet et les professionnels québécois. Nous avons développé des partenariats aussi bien avec des établissements scolaires et centres de formation qu’avec des employeurs, des villes et des régions. À l’aide de leur profil, nous accompagnons d’abord les Français pour déterminer comment ils peuvent partir, quelle voie ils doivent emprunter pour se donner le plus de chances de réussite. Il y a des organismes au Québec pour répondre aux besoins quand les personnes arrivent. Nous travaillons avec certains d’entre eux. Mais la préparation en amont durant les mois précédant l’arrivée se fait bien en France, et je crois que seul un Français peur bien comprendre les problèmes d’un Français.

Qu’est-ce qui vous a d’abord motivé à mettre sur pied votre organisme?

Je suis partie du constat que beaucoup de Français partaient et beaucoup rentraient. Beaucoup s’

[…]

Martin Gauthier

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite