sont-ils vraiment les bienvenus en Asie ?

Voir aussi

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur ce travail pour ce périodique britannique The Times. Il fait ce bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemcommet comme Europe reprcommencommet avec une campagne auprès d’commeseignants dès la mission mars, puis une tournée dans trois villes françaises à la mission avril. Explications.

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne est frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui...

Partager

Contrairement à plusieurs pays européens, les pays asiatiques ne font rien pour attirer les travailleurs à distance étrangers.

Plusieurs enquêtes récentes conduites auprès de travailleurs à distance qui souhaiteraient pouvoir s’installer à l’étranger mentionnent des pays asiatiques parmi les destinations les plus prisées. Pourtant, aucun de ces pays n’a jusqu’à présent tenté d’adapter ses règles d’immigration pour les accueillir, souligne le site de la chaîne américaine CNBC :

Les travailleurs à distance voudraient vivre en Asie, mais l’Asie ne semble pas encore vouloir d’eux.”

Destinations les plus prisées : la Thaïlande et le Vietnam

L’enquête Expat Insider 2019, menée par le réseau d’expatriés InterNations, citait quatre pays asiatiques parmi les destinations favorites des expatriés : Taïwan (1er), le Vietnam (2e), Singapour (6e) et la Malaisie (9e).

Plus récemment, un sondage en ligne effectué auprès de 20 000 travailleurs à distance par la plateforme internationale de réservation de logements Booking.com confirmait le même intérêt pour l’Asie chez les amateurs de “workation” (mot-valise formé sur work, “travail”, et vacation, “vacances”). Parmi les destinations préférées des personnes interrogées, 60 % mentionnaient la Thaïlande, 52 % le Vietnam, 50 % Singapour, 45 % la Chine et 39 % Hong Kong.

Des voies informelles mais risquées

Or, contrairement au Portugal, à la Grèce ou à la Croatie, aucun de ces pays n’a manifesté l’intention de faciliter la vie à ce nouveau type d’expatriés :

Les gouvernements asiatiques ont été discrets sur le sujet et les autorités de Singapour, de Bali et de Thaïlande n’ont pas répondu aux questions de CNBC sur le sujet.”

Les “voies informelles” – telles que le recours à un visa d’affaires ou à un visa de touriste – présentent des risques évidents, comme le rappelle le site du journal Singapour Today, qui évoque des mesures d’expulsion à Bali. Par ailleurs, un nouveau visa de tourisme de trois mois, renouvelable deux fois, permet bel et bien de passer jusqu’à neuf mois en Thaïlande, mais il est assorti de conditions draconiennes – outre une période de quarantaine obligatoire, un plan d’hébergement à long terme et une solide assurance médicale.

Les pays d’Asie s’ouvriront peut-être un jour aux nomades numériques puisque “l’offre suit normalement la demande”, mais pour le moment ce n’est pas vraiment le cas, avertit CNBC.

Source

CNBC

Englewood Cliffs (New Jersey)

Le site web de la chaine de télévision américaine spécialisée dans l’information financière a été créé en 1996. Se contentant au départ de relayer les programmes de la chaîne, CNBC.com est aujourd’hui un site d’informations économiques et

[…]

Lire la suite