Au Royaume-Uni, bientôt 100 % des pourboires dans la poche des employés

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur ce travail pour ce périodique britannique The Times. Il fait ce bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Partager

Une nouvelle réglementation doit entrer en vigueur en 2022 pour interdire aux propriétaires d’établissements de conserver une partie des pourboires payés par carte à leurs employés.

Les propriétaires des restaurants, cafés et pubs au Royaume-Uni ne devraient bientôt plus pouvoir retenir une partie des pourboires versés par carte à leurs salariés, comme le rapporte la BBC. Le ministre du travail, Paul Scully, a expliqué que le gouvernement prévoyait de “s’assurer que les pourboires aillent bien à ceux qui ont travaillé pour les avoir, à ceux qui le méritent”, conscient que de nombreux salariés, parmi lesquels beaucoup d’expatriés, en dépendent pour boucler leurs fins de mois. Selon les réglementations actuelles, les restaurateurs ont interdiction de conserver les pourboires en espèces, mais peuvent garder une partie de ceux payés par carte.

Cette mesure, qui ne devrait pas être mise en place avant l’année prochaine, est d’autant plus importante que la plupart des pourboires sont désormais donnés par carte. Plus encore depuis l’arrivée de la pandémie et la disparition progressive de l’argent liquide. Dans un communiqué, le département des Affaires a expliqué que la nouvelle législation devrait aider jusqu’à deux millions de personnes.

Pour le Daily Mirror, l’inscription de ce changement dans la loi aurait dû arriver il y a bien longtemps. Le tabloïd britannique dénonce les “six ans de retard” pris par le parti conservateur au pouvoir. Depuis 2015 en effet, il est de notoriété publique que plusieurs grandes chaînes de restauration ont pris pour habitude de retenir une partie des pourboires payés par carte ou de les taxer aux alentours de 10 %, justifiant ces mesures par des “coûts administratifs”. Les articles sur le sujet avaient fait beaucoup de bruit à l’époque et Theresa May, puis Boris Johnson, en avaient depuis parlé, sans agir concrètement en faveur des employés.

Manque criant de main-d’œuvre

Les organisations syndicales ont malgré tout salué cette mesure, tout en martelant que l’accent devait désormais être mis sur la hausse des salaires dans l’un des secteurs les moins bien rémunérés au Royaume-Uni. Ces bas salaires pourraient expliquer la pénurie de personnel à laquelle fait face l’hôtellerie-restauration dans le pays, dont le Financial Times se fait l’écho.

Le quotidien économique explique que plus de 65 grosses entreprises du secteur ont averti le gouvernement qu’elles étaient “sur le point d’imploser” à cause d’un manque de main-d’œuvre lié au Brexit et au Covid-19. Les entrepreneurs ont demandé que les critères d’obtention de visa soient assouplis de manière urgente pour “sauver” le secteur et permettre à des cuisiniers, barmans et sommeliers de venir travailler au Royaume-Uni. Faute d’employés, certains restaurants ont dû fermer temporairement et des hôtels n’ont pas pu ouvrir toutes leurs chambres malgré une forte demande.

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite