L’immigration francophone cruciale pour l’avenir du français

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

La ministre canadienne des Langues officielles est convaincue que l’augmentation de l’immigration francophone est la façon d’assurer la pérennité du français au Canada. Et elle profite de toutes les tribunes pour faire passer le message.  

Favoriser l’immigration francophone à l’extérieur du Québec fait partie des cinq grandes mesures d’un document de travail présenté par la ministre Mélanie Joly le 19 février dernier pour réformer la loi sur les langues officielles adoptée il y a plus de cinquante ans.

“Le risque [qu’il y a à] ne rien faire, c’est que le fait français au Canada soit en péril au cours des cinquante prochaines années”, a déclaré au Journal de Montréal la ministre des Langues officielles. Mme Joly a confié à La Presse que son gouvernement “d[eva]it redoubler d’efforts pour attirer davantage d’immigrants qui parlent la langue de Molière”. 

Une “question de survie”

Comment ? “Il faut que le ministère de l’Immigration ait le réflexe de recruter des immigrants francophones”, soutient la ministre, “de les accueillir en français et de travailler avec des communautés francophones qui elles-mêmes vont accueillir en français ces immigrants, et que par la suite ces immigrants aient le réflexe d’envoyer leurs enfants à l’école en français”. Mme Joly précise sa pensée au Journal de Montréal :

On reconnaît qu’on doit prévoir une stratégie

[…]

Martin Gauthier

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite