200 000 ressortissants européens ont quitté le Royaume-Uni en 2020

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Pour expliquer la pénurie de main-d’œuvre que connaît actuellement le pays, il suffit de consulter les derniers chiffres sur le nombre de ressortissants européens présents au Royaume-Uni, explique Bloomberg Businessweek.

En 2019, on comptait 3,7 millions de ressortissants européens au Royaume-Uni. En 2020 – après le Brexit et en pleine pandémie –, ils n’étaient plus que 3,5 millions alors que le nombre de ressortissants non européens installés dans le pays, évalué à 2,6 millions, restait stable.

Ces chiffres, rendus publics le 17 septembre par l’Office for National Statistics (ONS), permettent de comprendre pourquoi la Grande-Bretagne connaît actuellement une pénurie de main-d’œuvre, notamment dans des secteurs comme la vente au détail ou l’hôtellerie, souligne Bloomberg Businessweek

Le retour désormais plus difficile

Rien qu’entre mars et juin 2010, lors du premier confinement, 100 000 ressortissants étrangers ont quitté le pays et plus des trois quarts étaient venus de pays membres de l’Union européenne. Au cours de la même période, les restrictions de voyages ont réduit au minimum les nouvelles arrivées en provenance du continent.

Tendance de fond ou départs étroitement liés aux circonstances ? Selon l’ONS, l’interprétation de ces données serait prématurée. Boomberg Businessweek souligne pour sa part les incertitudes qui entourent l’éventuel retour des ressortissants européens qui sont partis. “La pandémie a frappé le Royaume-Uni plus durement que la plupart des autres pays. Ces migrants ont peut-être saisi des opportunités intéressantes dans leur pays d’origine. En outre, le Brexit a rendu plus difficile leur retour : ceux qui n’ont pas de statut de résident ont désormais besoin d’un visa pour vivre, travailler ou étudier dans le pays.” 

Source

Créé en septembre 1929 – quelques semaines avant le krach –, le magazine des affaires Business Week est resté pendant quatre-vingts ans dans le giron de l’éditeur américain McGraw-Hill. Mais au début des années 2000, ses revenus

[…]

Lire la suite