La Thaïlande déroule le tapis rouge pour les (riches) expatriés

Voir aussi

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Dans le cadre de son plan de relance, le gouvernement thaïlandais va proposer des visas de dix ans à des investisseurs, des professionnels qualifiés et des retraités – sans oublier les nomades numériques.

Les autorités thaïlandaises viennent d’approuver un nouveau dispositif qui visent à attirer dans le pays expatriés fortunés et professionnels hautement qualifiés, rapporte le Bangkok Post. L’objectif affiché : favoriser la relance de l’économie après la pandémie.

Un nouveau visa de dix ans, éventuellement assorti d’un permis de travail, sera proposé aux candidats, ainsi qu’à leurs conjoints et à leurs enfants.

Importantes retombées économiques espérées

Quatre types de profils sont ciblés par le gouvernement. À commencer par les personnes “à hauts revenus” susceptibles d’investir au moins 500 000 dollars dans des obligations du gouvernement thaïlandais, l’immobilier local ou sous forme d’investissements directs étrangers, ou détenant 1 million de dollars d’actifs et ayant gagné au moins 80 000 dollars au cours des deux dernières années.

Les “retraités aisés”, âgés de plus de 50 ans et dotés de plus de 40 000 dollars de revenus annuels, seront également éligibles à condition qu’ils soient prêts à investir 250 000 dollars dans des obligations du gouvernement thaïlandais

Les nomades numériques qui souhaitent s’installer en Thaïlande devront quant à eux démontrer leur solvabilité ou, s’ils sont employés par de “grandes organisations”, être “proches de l’âge de la retraite” s’ils veulent bénéficier d’un visa de longue durée.

Enfin, les “professionnels hautement qualifiés”, ingénieurs ou chercheurs, qui veulent vivre et travailler en Thaïlande devront prouver qu’ils ont gagné au moins 80 000 dollars de revenus au cours des deux années précédentes.

Grâce à ces nouveaux visas de longue durée, la Thaïlande espère attirer dans le pays plus de 1 million d’expatriés au cours des cinq prochaines années, avec des retombées économiques importantes aussi bien en termes d’expertise professionnelle que de dépenses courantes et d’investissements.

Source

Fondé en 1946, ce journal indépendant, en anglais et réalisé par une équipe internationale, s’adresse à l’élite urbaine et aux expatriés. Il est apprécié pour son sérieux et son impartialité dans le traitement et l’analyse de l’

[…]

Lire la suite