des “bootcamps” pour travailler dans l’informatique

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

En Allemagne, des organismes de formation vous permettent de devenir programmeur ou développeur de logiciel en trois à six mois. Der Spiegel s’est intéressé à ce phénomène.

Aux États-Unis, les formations accélérées en code, souvent appelées “bootcamps”, font fureur depuis plusieurs années. La tendance s’est désormais exportée en Europe. En Allemagne, le magazine Der Spiegel s’est penché sur ces écoles qui permettent à des personnes en reconversion professionnelle de changer vite de voie et de trouver du travail en tant que programmateur, concepteur de logiciels ou data scientist. La plupart des formations durent entre trois et six mois et sont proposées par des entreprises de formation en partenariat avec des entreprises informatiques, qui proposent ensuite aux élèves soit un contrat soit des contacts. Une façon de répondre à une pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur qui représenterait 80 000 postes.

Les formations sont généralement intensives toute la semaine avec, de surcroît, des travaux pratiques et autres exercices seul ou en équipe le soir et le week-end. Le Spiegel note que :

Étant donné que de nombreux cours sont explicitement destinés aux personnes qui changent de carrière, des connaissances informatiques préalables ne sont souvent pas une condition préalable : les tests de sélection et les entretiens visent principalement à évaluer la motivation, l’endurance, la compréhension technique générale et les capacités d’apprentissage des candidats.”

Mais attention, ces “bootcamps” sont souvent chers. Il faut compter jusqu’à 10 000 euros, qui peuvent être exigibles à la signature d’une embauche ou être financés par l’employeur ou encore payables par l’intermédiaire des aides à la formation continue.

Évidemment, des cursus si courts ne remplacent ni l’expérience ni des formations universitaires plus classiques (et plus longues). D’un autre côté, les élèves ont déjà occupé d’autres fonctions, et cette expérience professionnelle leur servira. “Vous arriverez donc souvent à des postes de direction relativement rapidement. Dans tous les cas, les connaissances informatiques deviennent rapidement obsolètes et doivent être actualisées et développées en permanence”, explique Der Spiegel.

Source

Un grand, très grand magazine d’enquêtes, lancé en 1947, agressivement indépendant, et qui a révélé plusieurs scandales politiques. Depuis sa création, le Spiegel a choisi la ligne du journalisme d’investigation. Il est le magazine d’

[…]

Lire la suite