des règles de résidence assouplies pour les expats

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Les autorités émiraties ont annoncé la création de nouveaux visas destinés aux professionnels qualifiés et aux entrepreneurs. 

Fondés en 1971, les Émirats arabes unis fêtent leur jubilé en lançant cinquante projets destinés à rendre le pays plus compétitif. Au programme, notamment : la libéralisation des règles de résidence afin d’attirer et de retenir les travailleurs qualifiés étrangers, rapporte le Financial Times.

“Durant des décennies, les Emirats ont lié le permis de résidence à l’emploi, provoquant des départs d’expatriés lors de chaque période de ralentissement économique, explique le journal. Les mesures annoncées le 5 septembre dernier comprennent de nouveaux visas destinés aux indépendants et aux entrepreneurs. Ils assureront à ces travailleurs qualifiés une plus grande latitude pour parrainer des membres de leur famille et leur laisseront plus de temps pour retrouver un emploi sur place s’ils sont licenciés.”

Des expats qualifiés très convoités

Depuis l’année dernière, les autorités émiraties ont déplacé leur attention de la géopolitique régionale vers le développement économique local. L’objectif est de stimuler la croissance alors que le pays se prépare à sortir de la crise sanitaire. “Cette réforme est la dernière en date des tentatives des Émirats pour intensifier les efforts de diversification de leur économie, trop dépendante du pétrole.”

Elle intervient alors l’Arabie saoudite, le puissant voisin, a récemment menacé de priver les multinationales de contrats gouvernementaux si elles ne délocalisaient pas leur siège régional dans le pays et supprimé les avantages tarifaires sur les importations en provenance des Émirats arabes unis.

Les Émirats arabes unis avaient déjà dévoilé plusieurs réformes pour rendre le pays plus attrayant pour les expatriés (qui représentent 90 % de la population), rappelle le Financial Times. La cohabitation des couples non mariés a ainsi été autorisée, la consommation d’alcool a été dépénalisée et les expatriés peuvent désormais divorcer selon les lois de leur pays d’origine. Les étrangers sont également autorisés à posséder cent pour cent du capital d’une entreprise onshore (alors qu’auparavant 51 % du capital devait rester obligatoirement propriété d’un citoyen émirati). Enfin, un “visa doré” ouvre désormais la possibilité de prolonger sa résidence de dix ans.

Source

Fondé en 1888 sous le nom de London Financial Guide, un journal de quatre pages destiné “aux investisseurs honnêtes et aux courtiers respectables”, le Financial Times est aujourd’hui le quotidien financier et économique de

[…]

Lire la suite