Pour 2 euros, un internaute a acheté le nom de domaine de Google en Argentine

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Le nom de domaine de Google s’est trouvé soudainement disponible, la semaine dernière en Argentine. Un jeune designer a saisi cette opportunité unique de l’acquérir pour 270 pesos argentins, avant que l’entreprise ne reprenne la main dessus.

“Ce qu’il s’est passé la nuit du mercredi [21 avril] avec le site google.com.ar a révolutionné les réseaux sociaux”, s’exclame le quotidien La Voz del Interior, avec une once d’excès. Pendant quelques heures, les personnes souhaitant accéder au domaine argentin du célèbre moteur de recherche ont rencontré un message d’erreur. La “révolution” n’aura duré que deux heures, jusqu’au petit matin du jeudi 22 avril, et elle aura essentiellement provoqué une jubilation comique et innocente sur la Toile.

Avec l’équivalent de 2 euros et un peu de vivacité, un jeune designer s’est propulsé à la tête de la version argentine de Google. Nicolás Kuroña a profité d’une étonnante anomalie technique du bureau chargé de la gestion des domaines des sites web du pays, NIC Argentina. Le nom de domaine argentin de l’entreprise américaine, google.com.ar, s’est soudainement trouvé disponible, lui offrant la possibilité d’en devenir légalement le propriétaire en ligne pour la modique somme de 270 pesos argentins, soit 2,40 euros.

L’affaire du siècle, le temps d’une nuit

Sur Twitter, Nicolás Kuroña a raconté comment le hasard l’avait conduit à découvrir cette offre d’achat insolite et publié la capture d’écran du site Nic.ar.

Alors que le domaine argentin ne devait expirer qu’en juillet, l’entreprise a exprimé sa stupéfaction et a annoncé qu’elle enquêterait sur cette défaillance. Elle a très rapidement repris le contrôle de son site grâce à la réglementation internationale qui permet aux détenteurs légitimes de récupérer gratuitement leur domaine.

Tout compte fait, le jeune Argentin aura donc fait une “mauvaise” opération puisqu’il a tout simplement perdu 270 pesos. Mais, le temps d’une nuit, il avait fait l’affaire du siècle.

Source

Créé en 1904, ce titre – communément appelé La Voz – est lu dans la région de Córdoba (au centre du pays). De tendance centre droit, il a été racheté en 1997 par le groupe de presse Clarín.
La fondation du site remonte à 1996. Son

[…]

Lire la suite