Quel avenir pour les voyages d’affaires ?

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Avant la pandémie, les gens qui voyageaient pour le travail avaient souvent des motivations personnelles. Aujourd’hui, le Financial Times se demande si les nouveaux outils de communication vont changer les choses.

Dans le Financial Times, la journaliste Pilita Clark raconte son expérience à l’aéroport, quand elle s’apprêtait à partir en Espagne cet été. Les gens ne sont tout simplement plus habitués à prendre l’avion et ne cessent de râler, remarque-t-elle. Et d’en conclure que si cela se passe ainsi pour les voyages de loisirs, cette situation n’augure rien de bon pour les voyages professionnels. Pourtant les patrons des compagnies d’aviation prédisent une reprise des déplacements d’affaires, en faisant valoir que ces derniers ont un caractère obligatoire, incompressible, nécessaire… “Mais le Covid, note Pilita Clark, a révélé une grande vérité jusque-là ignorée au sujet des voyages d’affaires : beaucoup de ces déplacements avaient lieu pour des raisons qui n’avaient rien à voir avec le travail.”

Avant la pandémie, les voyages d’affaires permettaient de s’échapper de son quotidien et de visiter de nouveaux endroits, tout en se donnant une certaine importance sociale. Bien sûr, souligne Pilita Clark, certaines tâches, comme l’inspection d’un site de construction, doivent se faire en personne, et même les actions dématérialisables comme les réunions ou les entretiens sont plus agréables à mener quand ce n’est pas derrière un écran d’ordinateur.

Avant 2020, je pensais qu’il aurait été impossible de faire une introduction en Bourse de chez soi grâce à Zoom. Puis j’ai rencontré le fondateur d’une entreprise britannique qui venait précisément de faire cela, et avec beaucoup de succès. La pandémie tend à faire mentir toutes nos prédictions, mais si les voyages d’affaires reprennent comme avant, je serai très surprise.”

Source

Fondé en 1888 sous le nom de London Financial Guide, un journal de quatre pages destiné “aux investisseurs honnêtes et aux courtiers respectables”, le Financial Times est aujourd’hui le quotidien financier et économique de

[…]

Lire la suite