Les start-up israéliennes veulent faire venir des professionnels étrangers

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Un projet visant à faciliter l’obtention de visas de travail par des professionnels étrangers est à l’étude. Le secteur technologique aurait besoin de cinq à dix mille ingénieurs supplémentaires par an.

Un projet porté par la ministre israélienne de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie, Orit Farkash-Hacohen, vise à attirer davantage de professionnels étrangers dans le pays pour soutenir le secteur clé des nouvelles technologies.

“Au début ce la semaine, Orit Farkash-Hacohen a demandé à l’administration fiscale d’élaborer un plan qui permettrait aux professionnels de la technologie non israéliens d’obtenir des autorisations rapides et faciles pour venir travailler sur place”, rapporte The Jerusalem Post.

“Une crise de main-d’œuvre sans précédent”

Une initiative réclamée avec insistance par les start-up locales. “Pilier central de l’économie du pays, le secteur des technologies de pointe se développe rapidement et les entreprises expliquent qu’elles ne trouvent pas suffisamment de personnel à embaucher pour faciliter leur croissance”, poursuit le quotidien israélien.

“La crise de main-d’œuvre que connaît actuellement l’industrie est sans précédent”, affirme Revital Lavie Cohen, responsable des ressources humaines chez Rapyd, une start-up qui a lancé une plate-forme de paiements internationaux. “Nous avons besoin de plusieurs dizaines de milliers de professionnels qualifiés. Si la crise se prolonge, elle pourrait nuire à l’économie israélienne, entraîner une perte de revenus pour l’État et la délocalisation d’entreprises hors d’Israël.”

Le projet à l’étude permettrait d’attirer des travailleurs qui ne sont pas concernés par la “loi du retour”, qui garantit à tout Juif ainsi qu’à son éventuelle famille le droit d’immigrer en Israël. Selon Ben Rabinowitz, fondateur d’Amiti Venture capital, il faudrait que “cinq à dix mille ingénieurs soient autorisés à s’installer en Israël chaque année”.

Source

Créé en 1932 sous le nom de The Palestine Post par Gershon Agron, “Le Courrier de Jérusalem” bénéficia, jusqu’en 1989, d’une réputation d’indépendance et de sérieux. Bien marqué à droite dans les années 1990, il défend

[…]

Lire la suite