En Italie, des petites villes subventionnent les travailleurs à distance

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Deux municipalités italiennes tentent d’attirer les nomades numériques en offrant de payer jusqu’à 50 % de leur loyer.

Rieti, dans le Latium, et Santa Fiora, en Toscane, sont deux “charmantes” petites villes italiennes injustement méconnues et qui peinent à garder leur population. Elles viennent d’innover en proposant une aide substantielle aux travailleurs à distance prêts à s’installer sur place pour quelques mois… ou plus si affinités, rapporte la journaliste Silvia Marchetti sur le site de la chaîne CNN. “Mais ne vous y trompez pas : il ne s’agit pas de vacances subventionnées. Les candidats doivent impérativement avoir un travail, même s’ils peuvent l’exercer face un écran d’ordinateur, installés sur une terrasse avec vue sur les oliveraies et tout en sirotant un verre de vin.”

Les candidats doivent en effet apporter les preuves de leur activité professionnelle en tant que travailleurs indépendants ou salariés à distance et s’engager à rester sur place trois mois au minimum à Rieti et six mois à Santa Fiora, précise la journaliste.

Objectif : créer des “villages intelligents”

“Nous ne ciblons pas les touristes, mais des gens qui veulent vraiment faire l’expérience de la vie sur place”, confirme Federico Balocchi, le maire de Santa Fiora, un village de 2 500 habitants niché dans la réserve naturelle de Monte Amiata, entre Sienne et Pérouse. “C’est l’endroit idéal pour les travailleurs à distance qui recherchent le bon équilibre entre leur activité et leur vie de famille. Nous avons des frais de maternelle peu élevés, des navettes scolaires gratuites et de nombreuses activités pour les enfants.”

Santa Fiora s’est équipée d’une connexion Internet haut débit et des “stations de travail” sont identifiées dans les rues pavées qui serpentent entre les palais Renaissance. “Ce n’est que la première étape de notre projet de village intelligent, fondé sur la connectivité et la technologie, qui vise à attirer de nouveaux résidents mais aussi des entreprises”, annonce le maire. Quant aux loyers pratiqués sur place, ils sont très bon marché : de 300 à 500 euros par mois.

Des “bons de location” délivrés par la municipalité

Le prix des locations est sensiblement le même à Rieti, une petite ville de 50 000 habitants située au nord-ouest de Rome qui souffre de la proximité de la capitale. “Les jeunes s’en vont tous à Rome chercher du travail. Nous comptons sur les travailleurs à distance pour revitaliser notre ville”, explique le maire adjoint Daniele Sinibaldi.

Les “bons de location” délivrés par la municipalité sont également valables hors du centre historique (“superbe”) et dans les villages situés sur le territoire de la commune, comme Sant-Elia, Cerchiara ou encore la station de ski de Terminillo. “Pour 600 euros par mois, vous pouvez louer une petite villa en pleine campagne.”

Pour décrocher l’aide de la mairie, les salariés doivent prouver leur statut de travailleur à distance en produisant une lettre de leur employeur, “mais les travailleurs indépendants peuvent se contenter de fournir une description de leur activité professionnelle”.

Si Rieti et Santa Fiora se distinguent par leur offre en matière de logement, elles sont loin d’être les seules petites villes italiennes à miser sur les travailleurs à distance. Les métropoles ont été durement éprouvées par le Covid et beaucoup de citadins se sont réfugiés là où les taux de contamination étaient plus faibles et où il était plus facile de respecter les règles de distanciation physique. “Les ‘smart working villages’ se multiplient en Italie alors que les autorités locales ont compris tout l’intérêt de l’Internet à haut débit et des équipements destinés aux télétravailleurs.”

Source

Fondée en 1980 par le magnat de la presse Ted Turner, Cable News Network (CNN) est la première chaîne d’information continue. Elle est passée dans le giron de Time Warner en 1996. CNN.com a été mis en ligne en 1995. Depuis 2008, le direct 

[…]

Lire la suite