Partir en vacances et ne jamais rentrer : “La qualité de vie en Italie est bien meilleure”

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Mike Curtis, 54 ans, et sa femme, Kelda, 52 ans, ont quitté leur emploi à Londres pour tenir un bed and breakfast à Casale Volpe, dans les Marches, en Italie. Le Daily Telegraph est allé à leur rencontre.
Cet été, jusqu’au 30 août, retrouvez chaque lundi un nouvel épisode des six que compte cette série.

C’est grâce aux parents de Kelda que nous sommes allés dans les Marches pour la première fois, c’était un cadeau de mariage. J’approchais la cinquantaine et je n’aimais plus mon boulot dans la technologie événementielle. Kelda travaillait à distance pour une agence numérique. On avait très envie de rompre avec le cycle de la vie londonienne – travailler trop et dépenser trop –, mais à l’époque on envisageait de s’installer en France plutôt qu’en Italie.

Retrouvez sur notre site :

  • Épisode 1 – Partir en vacances et ne jamais rentrer : pourquoi (et comment) sauter le pas
  • Épisode 2 – “Direction l’Afrique du Sud à la cinquantaine”

À venir :

  • Épisode 4 – “À Bali, on vit un rêve en famille”
  • Épisode 5 – “La Slovénie, maintenant, c’est chez nous !”
  • Épisode 6 – “Grâce au Portugal, nous avons appris sur nous-même”

Dans les Marches, on a eu une révélation. Dans cette partie de l’Italie, on pouvait se payer une maison plus grande ; les gens étaient supersympas et la cuisine meilleure que tout ce qu’on avait pu essayer en France. Il fallait vraiment faire de gros efforts pour trouver un mauvais restaurant. Quand on est rentrés à Londres, on était complètement conquis. On est revenus le mois suivant pour chercher une maison qu’on pourrait convertir en bed and breakfast.

Démolir pour tout reconstruire

On a dû voir quarante biens dans des états

[…]

Lire l’article original

Auteur

Anna Tyzack

La journaliste Anna Tyzack écrit dans la rubrique Lifestyle du quotidien britannique The Daily Telegraph.

Source

Atlantiste et antieuropéen sur le fond, pugnace et engagé sur la forme, c’est le grand journal conservateur de référence. Fondé en 1855, il est le dernier des quotidiens de qualité à ne pas avoir abandonné le grand format.
Son agenda est

[…]

Lire la suite