“Tout le monde devrait accepter un poste à l’étranger une fois dans sa carrière”

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

Toutes les expatriations ne sont pas forcément des réussites, mais toutes permettent de mieux se connaître. C’est ce que conclut de sa propre expérience ce chroniqueur du Times.

À mes débuts de journaliste, j’ai passé du temps à l’étranger et j’en ai bavé. J’aurais préféré ne pas attraper un parasite qui m’a fait vomir tripes et boyaux. Je me serais bien passé de rompre avec ma copine par téléphone et de manquer les derniers mois de mon meilleur ami avant son décès. J’ai détesté les soirs où je ne pouvais pas apaiser mon mal du pays en passant un coup de fil ou deux, à cause du décalage horaire entre les États-Unis et le Royaume-Uni.

Après cette première mission, un autre poste à l’étranger m’a été proposé et je l’ai refusé sans la moindre hésitation. Et j’ai conservé depuis mon aversion pour toute forme d’expatriation. Je continue de recevoir de temps à autre un message furieux au sujet d’un article écrit il y a quelques années sur les “Filth”, un acronyme tombé en désuétude qui se voulait insultant pour les expatriés, car il signifie “Failed in London, Try Hong Kong” – autrement dit, “Ceux qui ont échoué à Londres tentent leur chance à Hong Kong” [le mot filth désigne par ailleurs la “crasse” en anglais]. Il est aussi possible que j’aie pesté il y a quelques mois, dans un autre article, sur les trop nombreux utilisateurs d’Instagram qui confondent voyager et avoir une personnalité.

Partir pour mieux revenir

Mais pour tout vous dire, je commence à douter. Je me demande même si tout le monde ne devrait pas accepter un poste à l’international au cours de sa vie professionnelle. Et si je me fais cette réflexion, c’est notamment à cause de la pandémie. L’impossibilité de partir en déplacement professionnel m’a fait comprendre que j’en avais peut-être besoin : quitter son chez-soi, son pays, permet de mieux l’apprécier. Ou, comme l’a écrit Terry Pratchett dans son roman Un Chapeau de ciel :

Pourquoi est-ce que tu t’en vas ? Pour que tu puisses revenir. Que tu revoies ton pays d’origine avec des yeux neufs et des couleurs en plus.”

[…]

Sathnam Sanghera

Lire l’article original

Source

Le plus ancien des quotidiens britanniques (1785) et le plus connu à l’étranger appartient depuis 1981 à Rupert Murdoch. Il a longtemps été le journal de référence et la voix de l’establishment. Aujourd’hui, il a un peu perdu de son influence et les

[…]

Lire la suite