des cartes vertes perdues pour les candidats à la résidence permanente

Voir aussi

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Découvrez les métiers stars de la tech

aussivenir data scientist ou développeur web sans détenir aussi diplôme universitaire en informatique est tout à fait possible. Die Zeit livre quelques pistes utiles pour tous ceux qui veulent se réorienter.

Partager

À moins d’une révision des procédures, 100 000 cartes vertes ne pourront être délivrées avant la fin de l’année fiscale, en septembre.

Le 27 juillet, l’administration Biden a dévoilé un aperçu de sa stratégie en matière d’immigration, rapporte The Hill : un plan d’action en 21 points qui s’attarde surtout sur l’immigration au sud de la frontière américaine, mais qui occulte le traitement des demandes de résidence permanente. “Le gouvernement américain est bien parti pour émettre environ 100 000 cartes vertes de moins que la loi ne le permet. ​Et l’administration Biden ne fait rien pour y remédier”, alerte Alex Nowrasteh, directeur d’études au Cato Institute, un think tank conservateur. 

Des procédures au rythme “glacial”

Sans une révision draconienne du rythme “glacial” des procédures au sein des services d’immigration américains, Joe Biden sera tenu pour responsable de “l’une des plus importantes réductions de l’immigration légale de toute l’histoire des États-Unis”, explique dans les pages du Washington Post un autre expert du Cato Institute, David J. Bier.

C’est en réalité l’ancien président Donald Trump qui “a organisé cette catastrophe [en avril 2020] en interdisant à la plupart des immigrants parrainés par les membres de leur famille d’entrer aux États-Unis, précise David J. Bier. Cela a entraîné la non-attribution de 120 000 cartes vertes familiales.”

La loi américaine prévoit deux voies principales pour obtenir les cartes vertes qui permettent de vivre et de travailler aux États-Unis : le parrainage par les membres de la famille ou par les employeurs. “Si moins de cartes vertes familiales sont attribuées qu’il n’en est alloué, la loi exige que le nombre de demandes familiales inutilisées d’une année donnée soit ajouté au plafond des cartes vertes basées sur l’emploi l’année suivante”, poursuit David J. Bier.

En raison de la pandémie, le département d’État a refusé l’an dernier de permettre à quiconque de soumettre une demande avant le début de la nouvelle année fiscale, en octobre 2020. “Cela signifiait que le gouvernement n’avait que douze mois pour traiter les demandes qui, en année normale, prennent souvent beaucoup plus de temps.”

Le temps presse

Le problème actuel est que

“si ces créneaux supplémentaires basés sur l’emploi ne sont pas utilisés avant le 30 septembre, qui marque la fin de l’année fiscale, ils sont définitivement perdus.”

L’administration Biden peut prendre une mesure radicale pour surmonter l’arriéré “en délivrant massivement des approbations, quitte à les révoquer plus tard si un problème survenait”, soutient David Bier.

Pour l’heure, signale le Miami Herald, le département d’État a annoncé les résultats de la loterie du programme DV-2022, qui permet à chaque année à quelque 55 000 personnes enregistrées d’obtenir une carte verte. La France en a obtenu 205.

En tout, 148 468 expatriés français aux États-Unis étaient enregistrés aux services consulaires en 2020.

Martin Gauthier

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite