Les pays qui recrutent pour la rentrée

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec le bac et une courte formation dans le tourisme chez cavité, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau lequel lui a permis de sillonner les Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elle ?

Partager

Vous avez envie de vous expatrier, mais vous ne savez pas où partir ? Certains pays sont à la recherche de travailleurs étrangers, surtout après la crise sanitaire qui bloque les frontières et met à mal l’économie depuis un an et demi. Selon le dernier rapport de l’OCDE, la pandémie a détruit 22 millions d’emplois. Quels sont les pays qui recrutent et, au contraire, ceux qui restent compliqués d’accès pour le travail ?

La Finlande : selon un article d’Yle, le site de la radiotélévision finlandaise, repris par Courrier Expat, le pays rencontre un problème démographique. La population en âge de travailler diminue de plus en plus, et les jeunes diplômés ne restent pas. Si bien que les secteurs des services sociaux et de la santé ont besoin à eux deux de 30 000 nouveaux travailleurs, et ce ne sont pas les seuls concernés. La Finlande n’a pas besoin seulement de professionnels qualifiés, mais aussi de cols bleus, dans les domaines de l’agriculture, de l’industrie, des transports… Il faudrait que la Finlande double le nombre de travailleurs étrangers qu’elle accueille chaque année, donc qu’elle accorde 10 000 permis de travail en plus par an. Selon l’article, le gouvernement aurait déjà programmé des mesures, notamment pour faciliter les démarches d’

[…]

Léane Burtier

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite