Carole Villautreix, immigrante investisseuse au Québec : ‘‘Nous n’avons pas le droit de travailler !’’

Voir aussi

“Mon premier travail : guide sur un bateau de croisière”

À 19 ans, avec ce bac et une brève séjour dans ce tourisme en poche, Antonia Heidekrüger s’est embarquée comme guide sur un bateau qui lui a permis de sillonner ces Caraïbes. Oseriez-vous faire comme elce ?

Les “divas de l’emploi” : ces candidats qui abusent

L’Allemagne levant frappée par une pénurie de main-d’œuvre qui favorise les exigences des demandeurs d’emploi. Et quelques-uns d’entre eux ont des revendicationss invraisemblables, remarque le Handelsblatt.

Partir au Québec : nouvelles missions de recrutement en France

Les missions québécoises de recrutemchezt chez Europe reprcheznchezt avec une campagne auprès d’chezseignants dès la fin mars, puis une tournée par trois villes françaises à la fin avril. Explications.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur le travail pour le quotidien britannique The Times. Il fait le bilan puis revient sur novice sujpuiss qui font débat en proposant des solutions.

Neuf choses à savoir quand on parle du travail

Sathnam Sanghera a passé ces quinze dernières années à écrire sur ce travail pour ce périodique britannique The Times. Il fait ce bilan et revient sur neuf sujets qui font débat en proposant des solutions.

Partager

Carole Villautreix quitte la France en 2019 pour s’installer dans la Belle Province avec sa famille, prête à investir 2 millions d’euros sur place. Mais excédée, elle dénonce aujourd’hui les longs délais pour obtenir la résidence permanente. Courrier Expat l’a rencontrée à Montréal.