on a essayé l’offre à 4,99 euros d’Apple… avec Siri seulement

Des rires gênés, nerveux, presque angoissés, une folle envie de prendre ses jambes à son cou ou une curiosité geek étonnée. Voilà un panel, non exhaustif, des réactions suscitées par l’annonce d’Apple Music Voice en octobre dernier. Il faut comprendre que cette offre allégée d’Apple Music, qui réduit la voilure et les fonctions proposées tout en donnant accès aux 90 millions de morceaux du catalogue du service musical, repose sur une promesse : Siri est aux commandes.

De fait, se lancer dans le bain Apple Music Voice, c’est tout à la fois devoir mesurer l’impact des limitations fonctionnelles et prendre également la mesure de ce dont est capable Siri. Et, enfin, savoir si cela vaut vraiment cinq euros par mois.

A découvrir aussi en vidéo :

Tout à la voix 

Pour 4,99 euros par mois, l’assistant vocal d’Apple est, de fait, le seul et unique moyen d’accéder à un morceau sur votre iPhone, votre Watch ou votre HomePod. Au point d’ailleurs qu’il est possible d’initier la période d’essai d’Apple Music Voice à la voix, via Siri. Une première, qui évite d’avoir à utiliser l’application Musique sur son iPhone, et permet même de se passer d’un iPhone au quotidien si on a un HomePod mini déjà configuré. Oui, vous pouvez éventuellement y voir une forme d’ouverture au monde extérieur. Une ouverture dans la fermeture, à la manière d’Apple, vous l’aurez compris.

Réglons immédiatement la question qui préoccupe tout le monde : Siri est-il au niveau ? L’assistant d’Apple, qui s’est spécialisé pour se loger dans les HomePod, n’a pas la réputation d’être le plus performant des assistants vocaux. Lent parfois, aux fraises plus souvent qu’à son tour, il n’est pas le HAL – en version bienveillante – qu’on attendrait tous. On ne parle évidemment pas ici des sollicitations domotiques ou annexes, qui consistent à demander à un assistant s’il va pleuvoir plutôt que de regarder dehors. En se concentrant uniquement sur la musique, on a beaucoup à dire déjà, à craindre aussi.

Tout commence donc par un « Dis Siri lance Apple Music Voice » prononcé d’une voix un brin inquiète. Sont initiés alors les sept jours d’essai de cette nouvelle offre que le géant de Cupertino semble destiner autant à ceux qui veulent économiser quelques euros qu’à ceux qui écoutent de la musique sans être des fans pointus, sans oublier les éventuels nouveaux venus qui seraient tentés par l’aventure.

01net.com
– S’abonner à Apple Music Voice est simple comme « Dis Siri lance Apple Music Voice »…

Ensuite, Siri est comme à son habitude. Généralement véloce et performant, et parfois complètement incapable de comprendre ce qu’on lui demande. Vous cherchez à voir le verre à moitié plein ? C’est un bon moyen de découvrir de nouveaux morceaux et artistes. Et en réalité ? C’est agaçant, surtout quand on est obligé d’abandonner après plusieurs reprises. On aimerait dire que cela n’arrive qu’avec des artistes un peu pointus ou méconnus, et c’est vrai, mais pas seulement. Siri en français oscille entre l’heureux idiot du village qui fait mouche et l’adolescent rebelle qui n’en fait qu’à sa tête, et se demande pourquoi on lui demande d’arrêter un peu agacé.

Il ne semble pas y avoir d’explication rationnelle à ses errements. Une même requête satisfaite un jour ne le sera pas le lendemain. C’est le grand jeu du pile ou face, avec davantage de chance de l’emporter quand on joue des morceaux mainstream. On aimerait vous donner des conseils efficaces pour être toujours satisfaits, mais être précis semble parfois troubler davantage Siri, tandis que cela vous assurera dans d’autres cas d’écouter exactement ce que vous vouliez. On ne parle évidemment pas des demandes approximatives, quand on ne se souvient plus du titre exact d’un morceau… Sachez malgré tout que Siri surprend joliment en comprenant ce qu’on croyait condamné à l’échec…

Heureusement que les impairs de Siri s’imposent à nous suffisamment peu souvent pour qu’on arrive à les tolérer – et même souvent à en rire. Difficile de ne pas rire quand Siri lance un morceau de rap west coast au lieu de l’artiste française Pomme, par exemple.

01net.com
– Les playlists Demandez à Siri vous permettent d’oublier (un temps) que vous n’avez pas de vraies playlists personnelles à disposition.

Il y en a un peu moins, je vous le mets quand même ?

Quoi qu’il en soit, qu’en est-il des limitations fonctionnelles d’Apple Music Voice ? Si tout est contrôlé à la voix, l’application Apple Music reste toutefois un moyen d’interaction ponctuel, mais à l’intérêt extrêmement réduit. Ainsi, si vous étiez déjà abonné à Apple Music ou, pire, venez du monde Spotify, sachez d’emblée qu’Apple Music Voice ne vous donne pas la possibilité de créer ou de gérer des listes de lecture.

Certes, vous pourrez jouer des playlists établies par Apple pour répondre à certaines humeurs ou coller à certains genres, mais aussi bonnes soient-elles, ce ne sera pas votre œuvre, pas vos enchaînements.

De même, si vous découvrez un morceau qui vous plaît particulièrement, vous ne pourrez pas le télécharger dans votre bibliothèque. Apple Music Voice est donc plus à considérer comme un robinet à musique que vous pouvez ouvrir quand, où et sur ce que vous vous voulez, plutôt qu’une offre musicale qui vous permettra de vous construire un corpus de morceaux ou même de connaissance à partager en famille ou entre amis. Même si cet abonnement vous fournira effectivement des suggestions en fonction des goûts que vous aurez renseignés lors de son activation.

Plus gênant, alors que cela pourrait sembler anecdotique, Music Voice ne donne pas droit à l’affichage des paroles dans l’application (ni même des couvertures, ni de rien du tout d’ailleurs, sauf à approcher l’iPhone du HomePod mini). Et si vous êtes utilisateur d’une enceinte tierce, Sonos, par exemple, sachez que là où Apple Music peut être utilisé, Apple Music Voice se refusera à l’exercice. Un abonnement moins cher, oui, et plus limité, également. Et puisqu’on en est à faire des croix, sachez que vous pourrez aussi oublier le lossless et l’audio spatialisé. Oui, nous sommes d’accord, ce n’est pas le plus problématique.

01net.com
– Vous pourrez voir la couverture d’un album, mais pas les paroles d’un morceau… L’onglet Recherche ne sert qu’à vous bisquer, tandis que les recommandations Siri sont plutôt pertinentes.

En définitive, l’application permet de consulter quelques playlists à lancer avec Siri, mais elle ne donne pas accès à sa fonction la plus utilisée et la plus utile : la recherche, d’artiste ou d’un morceau. La fonction qui aurait pu pallier les manques de Siri. Et qui vous invite d’ailleurs, quand vous cherchez à l’utiliser, à souscrire à un abonnement complet…

Parce qu’il faut conclure, Music Voice, c’est pour qui ?

Si vous aimez lancer un morceau au coup par coup, vous laisser porter par l’enchaînement des pistes au hasard ou êtes un amateur des playlists établies par les services musicaux, vous ne devriez pas faire la différence entre Apple Music Voice et Apple Music… tant que Siri se montrera efficace.

En revanche, si vous aimez suivre les paroles d’un morceau pour les retenir ou chanter à tue-tête de conserve, si vous aimez créer des listes personnelles, très rapidement, vous vous sentirez à l’étroit avec Apple Music Voice. D’autant que vous serez alors à la merci de Siri et de ses caprices.

Pour l’avoir essayé pendant une semaine, nous pouvons vous dire qu’il nous est arrivé de regretter de n’avoir que Siri sous la main et que les fonctions soient limitées. On pourrait crier à l’arnaque, mais Apple, roi de la composition de gamme de produits, le sait très bien. Music Voice est avant tout une offre d’appel, un premier pas dans un écosystème. Une fois que vous y aurez goûté, sans doute chercherez-vous à passer à l’offre complète.

En ce qui nous concerne, nous sommes contents d’être revenu à notre abonnement plein tarif, principalement parce que contrairement à un certain petit chien, Siri ne reconnaît pas toujours la voix de son maître.

Morbius de Daniel Espinosa : critique

Synopsis : Atteint d’une maladie du sang rare, le biochimiste...

DIRECT. Guerre en Ukraine : un convoi russe en approche, l’étau se resserre sur Kiev

Les Etats-Unis ont décidé lundi, en pleine crise ouverte...

“Je vis au Qatar et je travaille en Antarctique”

Conny Bartl a 38 ans et est une “serial expat”....