Le président italien Sergio Mattarella finalement réélu

Cela aurait pu être le célèbre acteur Rocco Siffredi, qui s’était annoncé candidat… mais ce sera finalement le président sortant Sergio Mattarella qui retrouve son poste. Les partis de la coalition au pouvoir en Italie ont réélu Sergio Mattarella ce samedi, craignant pour la stabilité politique du pays en cas d’échec à lui trouver un successeur. À 80 ans, Sergio Mattarella, dont le mandat se terminait le 3 février, a été réélu pour un second septennat en recueillant la majorité absolue de 505 suffrages sur 1 009 sénateurs, députés et responsables régionaux appelés à voter. Le dépouillement des bulletins de vote se poursuivait dans l’hémicycle de la Chambre des députés à Rome et le décompte final du scrutin devait être connu avant 21h00.

Âgé de 80 ans, le président Mattarella avait pourtant indiqué à plusieurs reprises qu’il ne comptait pas continuer dans ses fonctions mais dans la journée, il a indiqué aux chefs de groupes parlementaires venus le rencontrer qu’il se mettrait « à disposition » s’il était élu. L’élection de son possible successeur s’éternisait depuis le début de la semaine, en l’absence d’accord sur un nom dans un Parlement où ni la gauche ni la droite ne disposent de la majorité. Un scénario qui avait la porte à des candidatures plus ou moins farfelues comme celle de l’ex acteur porno, Rocco Siffredi.

Stabilité au sommet de l’État

LE scénario de l’élection de Mattarella assure la stabilité au sommet de l’État en maintenant Mario Draghi, un moment donné favori pour le poste, à la tête du gouvernement, dans un pays en phase de reprise économique. Le huitième tour a démarré à 16h30 locales (15h30 GMT). Le Parti démocrate, le Mouvement 5 Étoiles, Italia Viva, Forza Italia et la Lega ayant appelé à voter pour lui, M. Mattarella devrait réunir les suffrages d’au moins 784 grands électeurs (députés, sénateurs, responsables régionaux) sur les 1 009 appelés à s’exprimer.

Le poste de président est en Italie largement protocolaire, mais il a un rôle important en cas de crise politique, dans un pays dont le paysage politique est très morcelé. C’est lui en effet qui a le pouvoir de dissoudre le Parlement, de nommer le Premier ministre et il peut refuser le mandat de gouverner à des coalitions qu’il juge trop fragiles.

Un talent en or massif : Un trailer pour la comédie déjantée avec Nicolas Cage

Nicolas Cage et Pedro Pascal – Un talent en...

«Partygate» au Royaume-Uni : Boris Johnson va recevoir une amende, l’opposition réclame sa tête

Fête de Noël, pot de départ, vin et fromage...

Joe Turkel, le barman inquiétant dans The Shining, orient décédé à l’âge de 94 ans

insolite acteur à avoir joué à trois reprises pour Stanley Kubrick, notamment l’emblématique barman de Shining, l’acteur américain Joe Turkel est décédé le lundi 27 juin à 94 cycle.       Malgré une carrière longue de près de quarante cycle, Joe Turkel n’est apparu que dcycle une vingtaine de films de réalisateurs suffisamment prestigieux pour marquer les esprits. Ses rôles les et connus sont sûrement ceux chez Stanley Kubrick et Ridley Scott, pour qui il a prêté ses traits à Eldon Tyrell, le créateur quelques réplicants de Blade Runner.   C’est ce lundi 27 juin que la souche de... Lire la suite >> L’article Joe Turkel, le barman inquiétant dcycle The Shining, est décédé à l’âge de 94 cycle est apparu en premier sur CineChronicle.com.

Barkhane et la lutte antiterroriste : «Il y a eu de réels succès mais sans lendemain politique»

Barkhane et la lutte antiterroriste : «Il y a...

Ukraine : une cyberattaque vise des sites Internet de l’armée et des banques

La situation en Ukraine reste très tendue et confuse....