Crise en Ukraine : Moscou lance des manœuvres militaires dans le sud de la Russie et en Crimée

C’est un pas de plus dans l’épisode de tensions entre Washington et Moscou au sujet de l’Ukraine. Moscou a lancé ce mardi des manœuvres militaires dans le sud de la Russie et en Crimée, avec des exercices impliquant 6000 hommes, des avions de chasse et des bombardiers, selon les agences russes.

Il s’agit d’une opération « interarmées » qui implique notamment « l’armée de l’air et l’antiaérien, des groupes de navires des flottes de la mer Noire et de la Caspienne », a dit le commandant des forces russes pour le sud de la Russie, Alexandre Dvornikov.

Un peu plus tôt, la Russie avait dénoncé la mise en alerte de milliers de troupes américaines en raison de la crise russo-occidentale sur l’Ukraine, y voyant une nouvelle « exacerbation de tensions » par Washington.

C’est avec une grande préoccupation que nous constatons ces actions américaines », a dit le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov. Les Occidentaux accusent Moscou d’avoir déployé plus de 100 000 militaires à la frontière de son voisin pro-occidental, l’Ukraine.

Le but ? Dissuader de rejoindre l’Otan et obtenir la signature de traités empêchant l’élargissement de l’Otan. En réponse, les États-Unis multiplient les avertissements et alertent sur les risques d’invasions, ce que dément Moscou.

Pour la première fois lundi, les États-Unis ont mobilisé leurs forces militaires, plaçant en alerte 8 500 hommes, prêt à renforcer à tout moment la Force de réaction rapide de l’alliance militaire, constituée de 40 000 militaires.

Avec ces mouvements de troupes, Joe Biden rehausse d’un nouveau grand la pression portée au Kremlin. Jusqu’ici, les États-Unis s’en tenaient aux déclarations. Ce lundi ils promettaient des conséquences très lourdes » en cas d’agression de Moscou contre l’Ukraine. Cette déclaration est soutenue par plusieurs pays européens, alors que le vieux continent se faisait jusqu’à présent moins menaçant.

Surenchère d’appels à la désescalade

Les participants « ont été tous de l’avis qu’il appartient à la Russie d’entreprendre des initiatives visibles de désescalade » dans ce conflit, a indiqué le porte-parole du chancelier allemand Olaf Scholz, à l’issue d’une visioconférence avec les dirigeants des États-Unis, de France, de Grande-Bretagne, de l’Italie et de la Pologne.

Les Européens avaient semblé auparavant circonspects face à la rhétorique et aux décisions de plus en plus musclées des États-Unis, qui ont par exemple décidé de faire partir les familles des diplomates en poste à Kiev, une initiative suivie par Londres et Canberra. Ce mardi, Boris Johnson a fait savoir que les occidentaux imposeraient des sanctions sans précédents à Moscou en cas d’attaque.

La France, qui assume actuellement le commandement de la Force de réaction rapide de l’Otan, a appelé à ne « pas créer d’ambiguïté, de volatilité supplémentaire ». Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, a lui invité à ne pas « dramatiser ».

Signe de l’escalade américaine, les autorités ukrainiennes ont elles aussi jugé la décision de Washington concernant leur représentation diplomatique « prématurée » et « excessive ». Ce mardi, l’Ukraine a annoncé avoir démantelé un groupe préparant des attaques pour le compte de Moscou.

« Les organisateurs de la bande préparaient une série d’attaques armées contre des infrastructure », a déclaré dans un communiqué le service ukrainien de sécurité (SBU), affirmant que le groupe « était coordonné » par des « services spéciaux russes ».

Parallèlement à cette montée en pression, les Occidentaux continuent malgré tout à explorer la voie diplomatique. Selon une source européenne, une nouvelle réunion serait ainsi prévue entre le secrétaire d’État Antony Blinken et son homologue russe Sergueï Lavrov.

Les États-Unis doivent remettre une réponse écrite aux exigences russes cette semaine. Quant à la France, Emmanuel Macron veut proposer « un chemin de désescalade » à son homologue russe Vladimir Poutine lors d’un entretien « dans les prochains jours ».

Ukraine : Volodymyr Zelensky accuse la Russie de bloquer l’accès à Marioupol pour cacher les «milliers» de victimes

Volodymyr Zelensky charge encore la Russie. Le président ukrainien...

Portugal : le socialiste Costa marque une nette victoire, percée de l’extrême droite

Le Premier ministre socialiste Antonio Costa a nettement remporté...

Et si Royaume-Uni faisait ce qu’il faut pour attirer les nomades numériques ?

Le pays n’a pas le meilleur climat ni les...

Immobilier : quant à plus en plus quant à crédits refusés, le taux d’usure en question

lui devient bien difficluie de devenir propriétaire. En effet, de nombreux crédits immobluiiers sont refusés. Le point avec la journaliste Anne-Claire Le Sann, présente, mercredi 17 août, sur le plateau du 12/13.