Crise en Ukraine : les Occidentaux multiplient les livraisons d’armes en prévision d’une attaque russe

En Ukraine, les livraisons ou les intentions de livraisons se multiplient dans ce qui ressemble désormais à une course contre la montre face à une éventuelle attaque russe. « Tout indique » que le président Vladimir Poutine « va faire usage de la force militaire à un moment donné, peut-être entre maintenant et mi-février », a assuré mercredi la vice-secrétaire d’État américaine Wendy Sherman.

La République tchèque a ainsi annoncé qu’elle allait fournir 4000 obus d’artillerie dans les jours à venir. « Le don d’une valeur de plus de 36,6 millions de couronnes (1,5 million d’euros) a été approuvé par le gouvernement aujourd’hui » mercredi, a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Jakub Fajnor. « Les obus vont être livrés à l’Ukraine dans les jours qui viennent mais je ne peux pas dire exactement quand », a-t-il indiqué.

Les casques de l’Allemagne

L’Allemagne, elle, se refuse à livrer des armes à l’Ukraine. Elle a donc fourni… des casques militaires. « C’est de l’équipement, ce ne sont pas des armes. Mais cela aide, cela apporte un soutien. Et c’est exactement comme ça que nous allons continuer à travailler dans ce conflit », a ajouté la ministre du gouvernement d’Olaf Scholz devant la presse.

Cette annonce de l’Allemagne, qui a aussi promis de livrer un hôpital de campagne, a immédiatement suscité sarcasmes et critiques. « 5000 casques, c’est une blague absolue », a réagi le maire de Kiev, Vitali Klitschko, auprès du quotidien allemand Bild. « Qu’est-ce que l’Allemagne va envoyer ensuite en soutien ? Des oreillers ? ». Pour l’édile de Kiev, « le comportement du gouvernement fédéral allemand laisse sans voix ». La question est d’autant plus sensible que l‘Allemagne n’a toujours pas donné son accord à l’Estonie pour que celle-ci puisse livrer à l’Ukraine des obusiers d’origine allemande.

Mardi, les États-Unis ont mis en scène mardi une livraison d’équipement militaire. « Notre ennemi est fort, mais avec votre soutien et avec le peuple ukrainien, nous sommes plus forts », a dit le numéro 2 du ministère ukrainien de la Défense, Rostyslav Zemlynsky, à une dignitaire américaine, lors de la livraison à l’aéroport de Kiev. Il inclut « des équipements et des munitions pour renforcer les forces armées ukrainiennes », selon l’ambassade américaine, précisant qu’il s’agissait d’une partie des 200 millions de dollars d’assistance accordés par la Maison Blanche récemment. En même temps, les États-Unis ont placé jusqu’à 8500 militaires en état d’alerte. Le Royaume-Uni a aussi effectué des livraisons vers l’Ukraine.

Les séparatistes armés par la Russie ?

Face à ces livraisons, un haut responsable du parti au pouvoir Russie Unie a appelé mercredi les autorités à livrer des armes aux séparatistes prorusses de l’Est de l’Ukraine, sur fond de tensions accrues à la frontière entre les deux pays. « Nous appelons les dirigeants de notre pays à fournir une assistance aux républiques de Lougansk et Donetsk sous forme de livraisons de produits militaires nécessaires pour dissuader l’agression » prêtée aux autorités de Kiev par Moscou, a déclaré Vladimir Vassiliev, chef de la faction Russie Unie à la Douma, chambre basse du Parlement russe.

Quand la crise ukrainienne contrarie l’entrée en campagne de Macron

Quand la crise ukrainienne contrarie l’entrée en campagne de...

Les pays baltes annoncent l’envoi de missiles antichars et antiaériens en Ukraine

Toutes trois partagent une frontière avec la Russie et...

«Boris Johnson est sans honte» : la colère des députés après ses excuses au sujet du «Party gate»

«Boris Johnson est sans honte» : la colère des...

Barkhane et la lutte antiterroriste : «Il y a eu de réels succès mais sans lendemain politique»

Barkhane et la lutte antiterroriste : «Il y a...