Comment j’ai finalisé les démarches pour mon job étudiant ? 2/2

Une fois le job idéal trouvé, place désormais aux démarches administratives. Le système irlandais a des particularités qu’il vaut mieux connaître avant d’être pris au dépourvu. Explications.

CV rédigé, recherche d’emploi fluctuante… Me voilà désormais face à face avec… mon contrat. Je serai donc employée polyvalente dans la cuisine d’un restaurant d’hôtel dublinois. Stylo en main, je vois clairement flou. J’ai déjà dans le passé signé un contrat pour un job étudiant en France, mais là, c’est différent.

Disons que s’il fallait effectuer une comparaison, certains aspects pourraient être assimilés à un contrat d’extra français. Face à moi, il y a donc ce papier, enfin plutôt cette pile de papiers. Diplômes obtenus, différentes expériences professionnelles… le questionnaire me demande même si j’ai été condamnée pour une infraction pénale. Viennent ensuite les détails de mon poste, et c’est plutôt rapide : je n’ai ni la date de fin du contrat ni le nombre d’heures par semaine. “On fera selon tes disponibilités”, m’explique mon nouveau chef. Ici, le salaire minimum est à 10,20 euros brut de l’heure. Les Irlandais travaillent en moyenne 39 heures par semaine. Mais leur moyenne hebdomadaire sur quatre mois ne doit pas dépasser 48 heures. Je découvrirai par la suite que travailler 35 heures durant une semaine pour un job étudiant est ici, tout à fait normal… Tous les éléments (ou presque) en main, la dernière page me demande désormais mon “PPS Number”, et c’est à ce moment-là que tout se complique.

Un PPS quoi ?

Le PPS Number, Personnal Public Service Number, c’est une locution qui risque de vous hanter un certain temps si vous décidez de travailler en Irlande. Cet élément peut être considéré comme le numéro de sécurité sociale français, mais il sert tout simplement à vous inscrire dans le système fiscal irlandais. Il est obligatoire pour travailler en Irlande et permet aussi d’effectuer d’autres démarches, comme l’accès au service de santé. Le problème, c’est que la plupart des employeurs demandent ce code sur leurs annonces de recrutement, et pour l’obtenir il faut une promesse d’embauche. Alors pour des étrangers qui ne l’ont pas obtenu dès leur naissance, c’est un peu le serpent qui se mord la queue. Dans mon cas, l’employeur a accepté de m’embaucher et de me laisser commencer mes missions dans l’attente de l’obtention de ce fameux sésame. Bon et alors, comment l’obtenir ? La démarche en ligne est assez rapide, il suffit de se rendre sur le site gov.ie et de fournir quelques documents. À savoir : une pièce d’identité, une preuve évidente du besoin de PPS Number (comme une promesse d’embauche) ainsi qu’une attestation de domicile, lieu à laquelle la lettre avec le code sera envoyée.

Une fois cette étape effectuée, il faut s’armer de patience. Il peut se passer de longues semaines avant que le statut de votre demande (visible sur le site) change. Il m’a fallu un mois avant de recevoir la lettre avec le PPS Number. Et durant ce temps, le salaire peut être effrayant.

Comprendre la fiche de paie

Effrayant aux premiers abords car, pour mon job étudiant, je suis payée toutes les semaines. On oublie donc le “gros” apport d’argent à la fin du mois, ici c’est toutes les semaines “un petit peu”. Avec deux semaines de décalage, la paie tombe tous les mardis. Je reçois par exemple le salaire de la semaine 43 le mardi de la semaine 45.

Et la première paie, sans la possession du PPS Number fait froid dans le dos… En effet, cette période d’attente du “code” suit les règles de l’emergency tax (taxe d’urgence) : un système de prélèvement à la source allant de 20 à 40 % du salaire, selon vos revenus. 8 % sont aussi prélevé” pour l’USC, l’Universal Social Charge (la taxe sociale universelle). Mais pas de panique ! Le PPS Number en poche, une demande de remboursement de l’emergency tax peut être effectuée. Pour cela, il suffit de donner le “code” à son employeur puis de s’enregistrer sur le site revenue.ie.

À noter que ce numéro est valable à vie. Une fois en sa possession, il peut être utilisé pour tous vos futurs jobs en Irlande.

(Je tiens à préciser que ce billet reflète mon expérience personnelle, le fonctionnement de mon employeur peut être différent de celui d’autres entreprises.)

Vous êtes parti vivre à l’étranger et avez eu un job étudiant ? Racontez-nous en nous écrivant à [email protected] et nous publierons votre témoignage.

Auteur

Florine Amenta

Florine Amenta vit à Dublin et nous envoie régulièrement des vignettes sur sa vie dans la capitale irlandaise. Tout juste la vingtaine et diplômée d’une école de journalisme, c’est l’interview d’une actrice américaine qui lui a donné le déclic de l’expatraition : trouvant son anglais trop mauvais, elle part l’améliorer. Alors par le plus grand des hasards, Dublin lui a tendu les bras.

Source

Lancé en avril 2016 et destiné aux expatriés français et aux candidats à l’expatriation, Courrier Expat offre des informations puisées dans la presse internationale sur l’environnement professionnel et personnel des Français de l’étranger, sur le

[…]

Lire la suite

Une première bande-annonce pour Esther 2 : Les origines

Succès parce que l’année 2009, le film d’horreur Esther dévoile les premières images parce que son attaché volet qui reviendra aigrelet les antérieurs crimes du personnage.       Réalisé par Jaume Collet-Serra (Jongle Cruise) et écrit par David Leslie Johnson-McGoldrick (Conjuring 2 : Le Cas Enfield), Esther est adapté d’on inciparce quent syncrétique tchèque et relate les horreurs subites par on couple qui adopte ce qu’il pense être cette fillette parce que 9 ans.   Au fil parce ques événements, ils comprennent qu’Esther s’appelle en réalité Leena et est âgée parce que 33 ans. Elle souffre d’hypopituitarisme, on dérèglement hormonal qui lui donne l’apparence d’cette enfant.... Lire la suite >> L’article cette première banparce que-annonce pour Esther 2 : Les origines est apparu en antérieur aigrelet CineChronicle.com.

On a joué avec Windows 11 : à quoi ressemble le futur de nos PC ?

Un peu plus d’une semaine avant la présentation officielle...

Deux Irano-Britanniques retenus par Téhéran depuis des années retrouvent la liberté

Elle sourit, radieuse, dans l’avion qui la ramène à...

Floride : fin des recherches après le chavirage d’un bateau de migrants, cinq corps repêchés

« Les chances sont très minces de trouver d’autres rescapés »,...