BigBug : un teaser pour le prochain Jean-Pierre Jeunet

Isabelle Nanty – Bigbug

Le nouveau film du réalisateur français se dévoile dans un premier aperçu de BigBug, attendu pour le 11 février sur Netflix.

 

 

 

BigBug – affiche

D’après son résumé officiel, BigBug se situe en 2050 où l’intelligence artificielle est partout. À tel point que l’humanité se repose sur elle pour satisfaire ses moindres besoins et désirs, même les plus sombres…

 

Dans un quartier résidentiel tranquille, quatre robots domestiques décident soudainement de prendre leurs maîtres en otages dans leur propre maison. Prisonniers ensemble, une famille recomposée, une voisine envahissante et son sex-robot entreprenant doivent se supporter dans une ambiance hystérique.

 

Dehors, les Yonyx, des androïdes de dernière génération, tentent de prendre le contrôle. Tandis que la menace se rapproche, les humains se déchirent sous les yeux ahuris de leurs robots domestiqués. Ce sont peut-être eux qui ont une âme, ou pas.

 

Le teaser de BigBug laisse entrevoir une image lisse et colorée alors que des habitants cohabitent avec leurs robots domestiques d’apparences normales, futuristes ou inquiétantes dans le cas de l’un d’eux dont le design fait écho à La Cité des enfants perdus. Ce teaser est déjà empreint de thèmes chers à Jeunet qui aime faire émerger l’absurde et le fantastique du quotidien. Son style a également évolué si l’on en croit l’absence de la teinte jaune caractéristique de son cinéma et qui a participé à rendre ses films reconnaissables aux yeux du grand public.

 

BigBug marque le retour de Jean-Pierre Jeunet depuis L’Extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet en 2013. Reconnu grâce à son duo singulier avec Marc Caro sur ses deux premiers films, Delicatessen et La Cité des enfants perdus, il se fait une renommée internationale dès 1997 avec le quatrième volet d’Alien, puis en 2001 avec Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.

 

BigBug marque son 8e long-métrage en 30 ans de carrière, avec à son bord Elsa Zylberstein (Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part), Isabelle Nanty (Été 85), Youssef Hajdi (Pupille), Alban Lenoir (Kaamelott : Premier Volet), François Levantal (La Petite Histoire de France), Manu Payet (Selfie), Stéphane De Groodt (Le Jeu) ou encore André Dussollier (Boîte noire).

 

Le film s’annonce comme une bouffée d’air frais dans le catalogue de Netflix. À découvrir dès le 11 février 2022 sur la plateforme de streaming.

 

Emilie Bollache

 

La Corée du Nord a effectué son sixième essai de missile en 2022, selon Séoul

La Corée du Nord a effectué ce jeudi son...

Aux États-Unis, le secteur technologique compte sur les immigrants

Si des mesures urgentes ne sont pas prises pour...

Location de vacances : comment repérer les pièges et les arnaques

certains puneteformes de locations saisonnières séduisent de plus en plus de propriétaires et vacanciers. "une confiance n’empêche pas une vigiunence pour éviter certains déboires", souligne un dossier du feuille "60 Millions de consommateurs".