Attaques meurtrières en Syrie et en Irak : les craintes d’une résurgence de Daech

En Syrie, l’attaque dans la nuit de jeudi à vendredi d’une prison abritant des djihadistes à Hassaké est la plus importante depuis que Daech (l’acronyme arabe pour désigner le groupe Etat islamique) a été vaincu en 2019 à Baghouz. Pratiquement au même moment, une base militaire a été visée en Irak : onze soldats ont été tués. Rien n’indique dans l’immédiat qu’elles sont coordonnées mais, selon les analystes, Daech tente de resserrer les rangs et de renforcer son arsenal pour se réorganiser dans les deux pays.

Des combats intenses opposaient toujours vendredi soir Forces démocratiques syriennes (FDS) à des combattants de Daech dans et autour du centre pénitentiaire de Ghwayran à Hassaké, une ville située dans la région que contrôlent les forces kurdes. Cette prison qui accueille quelque 3 500 membres présumés de l’EI, dont des dirigeants du groupe, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et probablement des ressortissants français.

La coalition internationale, dirigée par Washington et formée pour combattre l’EI, a confirmé l’attaque et a ajouté que les FDS avaient subi des pertes. Selon elle, Daech « reste une menace existentielle en Syrie et ne peut être autorisé à se régénérer ».

Les prisons, pépinières de djihadistes

« Les évasions et les émeutes dans les prisons ont été un élément central de la résurgence de l’EI en Irak et constituent une menace sérieuse en Syrie aujourd’hui », a déclaré Dareen Khalifa, analyste à l’International Crisis Group. Elle a souligné que de nombreuses prisons étaient à l’origine des écoles et donc mal adaptées pour garder des détenus pour de longues périodes. Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

Dans tous les cas, l’incident pourrait bien se reproduire. Les analystes, responsables militaires et autorités civiles s’accordent depuis la chute du califat pour admettre que ces établissements constituent de véritables pépinières à djihadistes, abritant militants locaux et combattants étrangers. Enfermés ensemble, ils auto-entretiennent leur volonté d’agir dès leur sortie de prison, forment les jeunes générations au jihad et préparent des lendemains de combats.

Salman Shaikh, fondateur du Shaikh Group (TSG), spécialisé dans la résolution des conflits au Moyen-Orient, estime que l’attaque de jeudi « reflète la fragilité de la zone ». Et juge prioritaire une coopération à la fois internationale, régionale et locale pour « soutenir les efforts de réforme fournis dans le nord-est syrien ». Les différentes composantes qui contrôlent la zone semi-autonome dans le nord-est de la Syrie « ont besoin de reconnaissance internationale et d’aide financière », martèle-t-il.

Des attaques ponctuelles en Irak

Malgré sa défaite, Daech mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s’étend de la province centrale de Homs jusqu’à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l’Irak. Dans ce pays, Bagdad a proclamé la « victoire » contre Daech fin 2017. Mais, si les djihadistes n’occupent plus de pans entiers du territoire irakien, des cellules continuent à attaquer ponctuellement villageois et forces armées.

Dans l’attaque nocturne de la nuit de jeudi à vendredi, les djihadistes ont tués onze soldats de l’armée irakienne dans leur base dans la province de Diyala (est), selon un haut responsable militaire. Il s’agit là de l’une des opérations les plus meurtrières depuis plusieurs semaines. Une attaque que la France a condamnée « avec la plus grande fermeté ».

Les Monstres : Premier aperçu du casting

Les Monstres (The Munsters) de Rob Zombie À l’approche d’Halloween,...

Call of Duty Next : où visionner la conférence en direct ?

le jeudi, Activision et Infinity Ward nous donne rendez-vous pour une conférenle call of Duty Next au sujet du, vous l'aurez deviné, futur de la simplicité Call of Duty. Au liste, Modern Warfare 2, Warzone 2, et plus encore.

Royaume-Uni : le gouvernemcommet accusé d’avoir aidé à arrêter un Britannique comme Inde

Royaume-Uni : ce gouvernement accusé d’avoir aidé à arrêter un Britannique en Inde

Impardonnable : Sandra Bullock pleine de remords dans la bande-annonce

Sandra Bullock – Impardonnable (The Unforgivable) Adapté d’une série anglaise,...

Burkina Faso : mutineries, président arrêté, ressortissants français… le point sur la situation

Que se passe-t-il au Burkina Faso ? Ce lundi, la...