TENNIS : Le TCAM avec l’envie de partager de bons moments à travers le sport

Pascal Haduch, président du TCAM, revient pour nous sur cette année 2021

Quel est votre meilleur souvenir avec votre club cette saison ?

Sur la saison qu’on vient de démarrer, le meilleur souvenir c’est le P1000 féminin qui vient de se dérouler chez nous en fin d’année, la fête du sport féminin en fait. Il y avait une belle ambiance, on a réussi à avoir 22 équipes là où on en avait 12 il y a 2 ans , donc on a presque doublé le nombre d’équipes inscrites. Elles sont venues de toute la France parce qu’elles avaient apprécié la première édition. Du côté sportif, il y avait une très bonne ambiance et c’était un bon week-end avec les bénévoles du club aussi, on a passé des bons moments.  

Quel est votre pire souvenir ?

Il n’y a pas de pire souvenir. Quand on est bénévole dans un club on ne les appelle pas pires souvenirs, on les appelle peut-être les moins bons et encore. Le pire souvenir de la saison qui vient de passer c’est quand on nous a annoncé qu’on ne pouvait plus pratiquer en salle avec le covid, ça c’est le pire souvenir. On était bien élancés, et puis c’est la deuxième fois, ça a mis un petit coup de frein à notre élan. On avait une fin d’année qui devait être sympa, après on a réussi à faire des choses en extérieur et puis au mois de juin on est finalement revenu en salle mais avec des restrictions. Même concernant les enfants on avait une grosse fête de prévue avec une édition qui avait lieu deux ans auparavant où on avait réussi à avoir 150/160 enfants et puis on n’a pas pu le refaire donc c’est plutôt ça le mauvais souvenir, le coup de frein donné par la crise sanitaire.

Selon vous quel est l’athlète ou l’équipe amiénoise de l’année ? 

J’ai une vie tellement dense que je n’ai pas le temps de m’occuper des autres sports, donc globalement moi je suis dans le monde du tennis, je n’ai pas assez d’information sur les autres disciplines, je vois quelques petites choses passer sur les réseaux, donc je n’ai pas d’athlète de l’année, enfin si, pour moi l’athlète de l’année c’est ma petite Jade Psonka, qui est au club et a aussi traversé une période un peu compliquée avec la crise sanitaire, mais qui est toujours dans les meilleures françaises dans sa catégorie d’âge. Donc voilà, c’est mon athlète de l’année, c’est Jade Psonka. Mais globalement les athlètes de l’année c’est tous ceux qui ont réussi à se dépasser cette année, il n’y a pas que le haut niveau, l’athlète de l’année ce n’est pas forcément le meilleur sportif amiénois, c’est tous ceux qui ont réussi à se dépasser, à franchir leurs propres obstacles, et puis avancé dans leur discipline. Donc, il y en a beaucoup, des athlète de l’année, finalement.  

Quel est votre plus grosse émotion dans le sport au cours de cette année ?

Là encore c’est pareil, je vis l’émotion à travers mes pratiques, pas à travers les pratiques des autres malheureusement ou heureusement, je ne sais pas. Les émotions, c’est les moments que j’ai pu partager avec les membres de mon équipe en championnat par équipes. Finalement, si, avec un peu de recul, on a un des coachs du club qui avait arrêté un peu la compétition et qui avait un peu baissé en classement, et puis qui s’y est remis là il y a un an et au tournoi de Rivery il a traversé quatre ou cinq tours, j’ai été le voir à chaque match, et j’ai vécu beaucoup d’émotion à travers lui parce que j’étais content de le voir réévoluer à un excellent niveau de jeu, et puis il a fait un tournoi énorme à Rivery. Donc voilà, il s’appelle Florent Devillers et il m’a fait vivre pas mal d’émotions. Il y a eu aussi à côté, Milan Gusuel que j’allais voir aussi. Il allait jouer en même temps à certains moments, c’est un jeune du club qui a traversé aussi le tableau. Des exploits comme ça, de personnes qui traversent les tableaux ça m’apporte de l’émotion quand je les vois. Là j’ai pris le temps d’aller les voir avec mon fils qui est aussi tennisman donc voilà j’ai eu pas mal d’émotions en les voyant jouer et en les voyant gagner. 

Que peut-on vous souhaiter sur le plan sportif pour l’année 2022 ? 

Que tout le monde trouve son plaisir à son niveau de pratique et que tout le monde partage de beaux moments à travers le sport, dans notre club mais aussi ailleurs. On se rend compte quand même que le sport c’est vachement fédérateur, c’est des copains qui se retrouvent, pour de la compétition, pour des loisirs. On voit beaucoup de gens qui sont heureux, là voilà hier soir je suis allé faire une partie de padel avec trois copains, on était contents d’être ensemble. Ce que je souhaite pour le club c’est que les gens continuent de partager de bons moments à travers le sport.

Si on vous donne une enveloppe de 500 000 euros qu’est-ce que vous en faites ?

Je refais trois courts de padel couverts, c’est exactement la somme pour qu’on puisse faire trois courts de padel couverts, à 50 000 euros près c’est la somme qu’il me faut, et c’est un projet qu’on est en train de défendre, on aimerait bien aller au bout.

Charlotte Lecot

Crédit Photo : Kevin Devigne – gazettesports.fr

Evergrande évite le défaut de paiement à un jour du terme

Le géant de l’immobilier chinois traverse une crise préoccupante....

je suis ma femme partout dans le monde

En épousant une diplomate, Uli Mans savait qu’il allait...

Liaison fatale : Lizzy Caplan à bord de la série

Lizzy Caplan – Glenn Close Après une première tentative d’adaptation...

Oscars 2022 : CODA crée la surprise, Will Smith aussi

Jane Campion, Ryusuke Hamaguchi, Will Smith et Troy Kotsur...

la stratégie “zéro Covid” fait fuir les entreprises européennes

Face aux mesures de quarantaine strictes maintenues par l’exécutif...