Le patron du navigateur Vivaldi, ancien d’Opera, s’en prend aux pratiques de Microsoft avec Edge

Jon von Tetzchner n’est pas content et tient à le faire savoir ! Le co-fondateur et PDG de Vivaldi Technologies, qui édite le navigateur éponyme, n’apprécie pas du tout les pratiques de Microsoft, qui tente par de nombreux moyens de promouvoir son navigateur Edge.

Il cite ainsi trois exemples où l’utilisateur n’est pas totalement libre de choisir. Tout d’abord, il a constaté sur un nouveau PC que la recherche de Vivaldi dans Edge, avec Bing, provoque l’apparition d’un message qui enjoint l’utilisateur à ne pas télécharger de nouveau navigateur.

Le message apparaît également si vous tentez de télécharger le navigateur Chrome, de Google.

Cela se complique ensuite pour sélectionner Vivaldi comme navigateur par défaut. Là encore, Microsoft insiste lourdement dans Windows 10, et encore plus dans Windows 11, pour que l’utilisateur continue d’utiliser Edge (cliquez sur l’image pour agrandir).

Et si vous avez modifié le navigateur par défaut, Edge tente de vous faire changer d’avis.

Notons que le navigateur de Microsoft n’apprécie pas non plus le fait que vous préfériez utiliser Google comme moteur de recherche par défaut plutôt que Bing.

Microsoft a tout à fait le droit de tenter de promouvoir son navigateur, mais cela devient exaspérant pour les utilisateurs quand le message se répète tout le temps, par exemple à chaque fois que vous lancez Edge.
Rappelons également que l’éditeur a mis en place un nouveau protocole microsoft-edge://, qui appelle directement Edge, même si un autre navigateur est défini par défaut.

A découvrir aussi en vidéo :

Microsoft joue donc à un jeu dangereux qui pourrait conduire au mécontentement de plus en plus d’utilisateurs. Le PDG de Vivaldi les appelle à faire part à l’éditeur de leur mécontentement, voire à dénoncer des pratiques anti-compétitives auprès des autorités compétentes. Ce type de situation pourrait empirer et rappeler ce qui c’est passé au début des années 2000, et jusqu’au quasi début de la décennie suivante, quand Microsoft a été accusé de position dominante avec Internet Explorer.

Source : blog Vivaldi