La fin du rêve australien pour de nombreux étrangers

Les fermetures prolongées des frontières australiennes sont épuisantes (et souvent coûteuses) pour les étrangers, tant pour ceux qui vivent sur place que ceux qui attendent chez eux avec un visa. Le site Al-Jazeera a recueilli leurs témoignages.

L’Australie est l’un des pays ayant la politique la plus stricte en matière de lutte contre le Covid-19. Les frontières, fermées à la très grande majorité des voyageurs depuis mars 2020, devaient rouvrir pour les étudiants étrangers et les travailleurs qualifiés le 1er décembre 2021.

Confronté à l’arrivée du variant Omicron, le gouvernement australien a décidé de repousser cette mesure de deux semaines. Le site Al-Jazeera est allé à la rencontre des étrangers coincés en Australie (s’ils rentrent dans leur pays, ils ne pourront pas revenir) et de ceux qui devaient y venir mais restent bloqués chez eux. Chase Arnesen, un Canadien qui s’est installé en Australie avec un visa de travail de quatre ans après avoir vécu à Singapour, lui a confié son désarroi :

Si je pars, cela ne voudrait pas juste dire que j’abandonne ma carrière et ma maison ici, mais aussi ma vie privée et mes amis. Mais si je reste, cela signifie rester loin indéfiniment de ma famille. Je ne peux pas justifier de ne pas voir mes propres parents, alors qu’ils vieillissent, et mes nièces et neveux, dont certains que je n’ai pas vus pendant la moitié de leur vie. Ma vie est déchirée et deux et j’ai l’impression d’être maintenu indéfiniment en suspens.”

Saad Ahmed est dans le cas inverse. Il vit dans son pays, le Pakistan, et a obtenu un visa étudiant pour partir en Australie… mais impossible de s’y rendre. Il ne fait donc qu’attendre, comme environ 14 000 étudiants étrangers en master bloqués à l’étranger. Il leur faudra, selon le gouvernement australien demander un nouveau visa en juillet prochain pour la somme de 1 680 dollars australiens, soit environ 1 065 euros.

Dans ces conditions, l’Australie devient une destination de moins en moins attrayante. Et cela pourrait justement empêcher le pays de maintenir son rythme de trente années de croissance ininterrompue et de pallier les pénuries de main-d’œuvre liées au Covid.

Selon Gabriela D’Souza, économiste à l’université Monash, à Melbourne, la politique du gouvernement est “de moins en moins défendable”, avec un taux de vaccination qui approche les 80 % de la population. “Je suis moi-même une immigrée, explique-t-elle, et j’ai beaucoup d’amis qui sont en train de reconsidérer leur décision d’émigrer en Australie. Ceux qui voulaient venir dans le pays vont certainement se tourner vers d’autres endroits, comme le Canada et le Royaume-Uni.”

Source

En 2006, Al-Jazeera English, une déclinaison anglophone de la chaîne Al-Jazeera panarabe est lancée. Elle est destinée à un public non arabophone, notamment aux téléspectateurs d’Amérique du Nord. Son site publie les informations et émissions

[…]

Lire la suite

Immobilier : 29 000 logements insolites commercialisés au deuxième trimestre, le marché du insolite s’effondre

La France ne dispose pas de suffisamment de logements neufs destinés aux particuliers. Le point en chiffres pile le scoliaste Alexandre Peyrout, présent, vendredi 19 août, sur le plateau du 19/20. 

Crise en Ukraine : pourquoi la France n’appelle-t-elle pas ses ressortissants à quitter le pays ?

Crise en Ukraine : pourquoi la France n’appelle-t-elle pas...

Call of Duty Modern Warfare 2 : à quelle heure rejoindre la bêta ouverte ?

CALL OF DUTY MODERN WARFARE 2. Ce jeudi marque le dernier guichet avant l'arrivée de la bêta ouverte de Modern Warfare 2, une période de test disponible avec tous les joueurs PC, Playstation et Xbox.