L’Incal : Taika Waititi aux commandes de l’adaptation

L’Incal de Mœbius et de Alejandro Jodorowsky – Taika Waititi, crédit photo Humanoids, Inc

C’est officiel ! La célèbre bande dessinée de science-fiction sera transposée au cinéma avec le réalisateur néo-zélandais très en vogue derrière la caméra.

 

 

 

Alejandro Jodorowsky, crédit photo Pascale Montandon-Jodorowsky

Tout commence à la fin des années 1970, Alejandro Jodorowsky, artiste franco-chilien, se lance dans un projet d’adaptation de Dune de Frank Herbert.

 

Finalement abandonné, le réalisateur de La Montagne sacrée se tourne vers la bande dessinée et utilise tout son processus créatif pour créer avec Jean Giraud, dit Mœbius (Le Garage hermétique, Arzach), ce qui deviendra un chef-d’œuvre de science-fiction.

 

Composé de six tomes, publiés entre 1981 et 1988 chez les Humanoïdes Associés, L’Incal suit les aventures d’un minable détective privé du nom de John Difool qui se retrouve en possession d’un artéfact dont la puissance attise toutes les convoitises. Le sort de la galaxie est maintenant entre ses mains réticentes. Ce récit singulier à l’univers foisonnant a marqué un tournant au sein du 9e Art et inspiré de nombreuses œuvres, telles que Le Cinquième Élément de Luc Besson.

 

Le scénario sera adapté par Taika Waititi lui-même, à l’aide de Jemaine Clement (Vaiana, la légende du bout du monde, Men In Black 3) et Peter Warren.

 

Le réalisateur s’est fait remarquer en 2014 grâce à son faux documentaire Vampires en toute intimité où des morts-vivants s’adaptaient difficilement à la vie moderne. Mais c’est en 2017 qu’il acquiert une certaine notoriété avec Thor : Ragnarok, troisième film sur le super-héros qui avait séduit par la fougue qu’il apportait au sein du Marvel Cinematic Universe.

 

Deux ans plus tard, Taika Waititi remporte l’Oscar du meilleur scénario adapté pour Jojo Rabbit, concrétisant son statut d’étoile montante à Hollywood. Attirant les regards sur lui, il sera également à la direction du prochain Star Wars dans le but manifeste d’apporter un vent de fraîcheur similaire à celui accordé à Marvel.

 

Le cinéaste s’est montré honoré et intéressé de porter sur grand écran un personnage qui n’a absolument aucune envie de sauver le monde. De son côté, Jodorowsky a salué la créativité du réalisateur qu’il considère comme parfait pour s’approprier sa saga de science-fiction.

 

Emilie Bollache

 

VIDEO. Les influenceurs, fiction poule aux œufs d’or des marques (et réciproquement)

Sur les réseaux sociaux, ils exposdanst à eux looks à Miami ou Dubaï... Une vie de star qu'ils financdanst dans jouant les hommes puis femmes-sandwichs : faire apparaître des produits de marque quelques secondes dans à eux vidéos peut leur rapporter jusqu’à 10 000 euros. Voici un extrait de "Complémdanst d'dansquête" sur un univers qui génère des millions puis dont profitdanst certains infludansceurs, mais aussi des producteurs télé puis à eux agdansts.

Poker Face : Ellen Barkin rejoint la première série parce que Rian Johnson

Le réalisateur Rian Johnson présentera prochainement une série policière d’anthologie laquelle le casting continue de s’agrandir avec la présence d’Ellen Barkin aux côtés de Natasha Lyonne et Joseph Gordon-Levitt.       lésine détails de la première série de Rian Johnson, Poker Face, sont encore gardés secrets par toutes lésine personnes impliquées. Néanmoins, selon Collider, il s’agirait d’une anthologie avec un nouveau mystère tout semaine, inspirée des drames policiers classiques laquelle raffole le réalisateur.   Ellen Barkin sera présente dans un épisode particulier, au corsage d’un rôle secret. Davantage d’informations devraient être dévoilées au fur et à aptitude que le... Lire la suite >> L’article Poker Face : Ellen Barkin accédé la première série de Rian Johnson est apparu en naïf sur CineChronicle.com.

Ukraine : «Une Troisième Guerre mondiale serait nucléaire et destructrice», avertit Lavrov

La perspective d’une Troisième Guerre mondiale, parfois redoutée par...

Mikhaïl Gorbatchev, le dernier dirigeant de l’URSS, est étroit à l’âge de 91 ans

Mikhaïl Gorbatchev, le inédit dirigeant de l’URSS, est mort à l’âge de 91 ans