En Chine, de plus en plus de professionnels expatriés sur le départ

Alors que les restrictions de voyage pourraient être prolongées en Chine jusqu’à fin 2022, les milieux d’affaires estiment que les autorités n’ont pas de stratégie de sortie de crise.

Les présidents des chambres de commerce américaines de Pékin et de Shanghai viennent d’annoncer leur départ anticipé du pays, rapporte le Financial Times. Ker Gibbs et Alan Beebe en ont profité pour mettre en garde les autorités chinoises contre les conséquences économiques des restrictions de voyage et des mesures de quarantaine qui compromettent la poursuite des activités de nombreuses entreprises étrangères en Chine.

La Chine s’est développée rapidement grâce au travail acharné et à l’esprit d’entreprise du peuple chinois, [mais] il est également vrai que l’ouverture sur le monde extérieur a joué un rôle important, explique Ker Gibbs. En autorisant les capitaux, les idées et les méthodes de management venues de l’étranger, le pays a accéléré sa mutation vers l’une des économies les plus prospères et les plus avancées du monde. Mais depuis le début de la pandémie, la Chine a rendu extrêmement difficiles les déplacements des entrepreneurs étrangers et de leur famille.”

Pressions croissantes sur les enreprises étrangères

La stratégie chinoise de lutte contre le coronavirus s’est notamment traduite par une réduction spectaculaire du nombre de visas accordés aux hommes d’affaires depuis plus de dix-huit mois et des quarantaines obligatoires de trois semaines imposées aux rares bénéficiaires, souligne le Financial Times. Or la propagation actuelle du variant Delta dans les deux tiers du pays impose localement de nouvelles mesures de confinement – notamment à Pékin, où doivent se dérouler en février prochain les Jeux olympiques d’hiver –, qui compliquent encore la donne pour les entreprises étrangères.

Une enquête récente auprès de 338 entreprises membres de la chambre de commerce américaine de Shanghai montre que plus de 70 % d’entre elles rencontrent de graves difficultés pour faire venir de l’étranger le personnel dont elles ont besoin. Il est “plus que probable”, selon un expert de la société de conseil Gavekal, basée à Hong Kong, que ces difficultés vont durer, car tout laisse penser que les restrictions de voyage en vigueur seront prolongées jusqu’à fin 2022.

La mise en garde publique des deux chefs d’entreprise américains est symptomatique du malaise actuel des milieux d’affaires étrangers en Chine, soumis, selon le quotidien économique britannique, à des pressions croissantes. En témoigne notamment l’arrêt, imposé par les autorités locales, des activités de la chambre de commerce américaine de Chengdu, dans l’ouest du pays.

Source

Fondé en 1888 sous le nom de London Financial Guide, un journal de quatre pages destiné “aux investisseurs honnêtes et aux courtiers respectables”, le Financial Times est aujourd’hui le quotidien financier et économique de

[…]

Lire la suite

Le Mali, en crise avec la France, «n’exclut rien» dans ses relations avec Paris

Si une demande de départ des forces françaises n’est...

Le chef de la Marine allemande démissionne après des propos controversés sur la crise ukrainienne

Son analyse de la crise en Ukraine n’a pas...

Les restrictions de voyage coûtent cher aux entreprises implantées en Asie

L’impact de la fermeture prolongée des frontières est particulièrement...

«Le sort de l’Ukraine… A la fin, c’est l’Otan et la Russie qui décideront»

«Le sort de l’Ukraine... A la fin, c’est l’Otan...