Microsoft assouplit (un peu) la configuration minimale requise

Microsoft vient d’annoncer que de nouveaux tests ont été réalisés et que de nouveaux processeurs sont ajoutés à la liste de compatibilité pour Windows 11. Ces puces sont les suivantes :

  • Intel Core X-series
  • Intel Xeon W-series
  • Intel Core i7-7820HQ avec des pilotes adaptés
     

Le processeur Core i7-7820HQ est utilisé dans l’ordinateur Surface Studio 2 de Microsoft, ce qui peut expliquer pourquoi l’éditeur a fait un effort de compatibilité. En effet, c’est pour le moment le seul processeur Core de septième génération qui est annoncé comme compatible, s’il dispose de pilotes « modernes ».

Ces pilotes doivent satisfaire au critères de conception DCH (Declarative, Componentized, Hardware Support App). Ainsi ils doivent seulement suivre des directives d’installation contenues dans un fichier .INF et séparer le pilote de base des options de personnalisation. En outre, une éventuelle application associée au pilote doit être distribuée et mise à jour par le Microsoft Store et utiliser le format HSA (Hardware Support App).

Microsoft a également indiqué avoir effectué des tests sur les processeurs AMD Zen de première génération, mais que ces derniers sont hélas incompatibles. Rappelons que la compatibilité est actée pour les processeurs Intel Core de huitième génération, et plus, ainsi que pour les puces AMD Zen 2 ou Qualcomm séries 7 et 8. La présence de la fonction de sécurité TPM 2.0 et du mode Secure Boot dans le Bios sont également requis.

A découvrir aussi en vidéo :

Selon Microsoft, les machines qui ne répondent pas aux critères de compatibilité ont 52% plus de chance de provoquer une erreur au niveau du noyau, avec à la clé un écran bleu de la mort (BSOD). Pour les machines répondant aux critères, le taux de crash système n’est que de 0,2% et peut être corrigé par une mise à jour des pilotes.

Plus surprenant, l’éditeur a indiqué à plusieurs journalistes américains, dont Mary-Jo Foley, que Windows 11 pourra quand même être installé sur des machines non compatibles, mais que ce sera aux risques et périls des utilisateurs qui devront télécharger une image ISO du système. Cependant, les machines modifiées de cette façon ne recevront pas de mises à jour par Windows Update, y compris les mises à jour de sécurité, ce qui rend l’opération risquée. En effet, un système non mis à jour pourra comporter d’éventuelles failles et donc poser de sérieux problèmes de sécurité. 

Source : Microsoft

Guerre en Ukraine : la Russie tente de verrouiller ses médias en leur ordonnant de bannir le terme «invasion»

La guerre, jusque dans les mots. Au troisième jour...

Rooney Mara en Audrey Hepburn pour le biopic de Luca Guadagnino

Rooney Mara – Audrey Hepburn Le réalisateur de Call Me...

Grande-Bretagne : Boris Johnson perd quatre influents collaborateurs dans la foulée du «partygate»

S’il reste en place pour le moment, ce n’est...

«Party gate» de Boris Johnson : toutes ces fêtes en plein confinement qui le fragilisent

«Party gate» de Boris Johnson : toutes ces fêtes...

Crise en Ukraine : Emmanuel Macron joue les intermédiaires

Crise en Ukraine : Emmanuel Macron joue les intermédiaires